Archives du mot-clé Verts

Chers Verts, où est passé l’élan immense des fondateurs, des penseurs de l’écologie ?

Chers Verts,

Je vous ai beaucoup aimé. Nous avons passé quelques années côte à côte et puis nous nous sommes séparés. Nous avons été très nombreux à se séparer, une génération entière, plus précisément, quasi toute la génération Chiche!, votre « mouvement de jeunesse » d’alors.

Clap de fin pour vos années start-up?

Mais le tournant s’est fait sur… (lire la suite ici)

http://www.huffingtonpost.fr/david-langloismallet/crise-europe-ecologie-les-verts_b_7451766.html

Un signe de plus que la présence des Verts à la Mairie de Paris est une infamie ?

Que cette présence ne doit sa raison d’être qu’aux intérêts personnels et rien du tout à l’écologie, réduite au rôle d’instrument de carrières peu durables ?

Paris 86e sur 96… Au classement de l’écologie. 15 ans qu’ils sont au pouvoir ces bonimenteurs.

http://www.lavie.fr/actualite/ecologie/palmares-ecologie-2014/le-palmares-2014-de-l-ecologie-en-france-05-11-2014-57612_651.php
Les cantines scolaires ont été sous-traitées à la grande distrib, la moitié de la ville est à péage, les parisiens doivent quitter leur ville, 20% des logements sont des résidences secondaires vides, les marques de luxe (amenés au pouvoir par les Verts) ont chassé les libraires du quartiers latin, les pubs sont partout, tout est aux multinationales jusqu’aux vélos, des enfants dorment sur des matelas dans la rue mais on met 1 milliard dans la Cannopé, il n’y a quasi plus de lieux d’expression pour les artistes, les concerts dans les bars sont sous couvre-feu de la Loi Voynet, les mouvements d’opinion, sans relais politiques sont désarmés, on respire toujours notre mort en particules fines, le territoire reste totalement dépendant des importations pétrolières et son approvisionnement alimentaire vulnérable au moindre choc, les petits parisiens mangent de la m… Les cantines solidaires sont interdites. Mais les élus ont mis le bio au menu de LEUR cantine et côté salaire, ça va merci (on peut même cumuler avec député).

995820_10151498976256775_1535559616_n

La seule position sincère aurait été de rester dans l’Assemblée et de faire pression sur chaque décision d’un exécutif minoritaire à chaque vote. Cela aurait été privilégié l’intérêt des parisiennes sur son petit confort personnel.

Tour Eiffel inversée

La vergeoisie, un échec

Leur seul vrai gain ? Avoir permis que les gens pensent que « l’écologie ça ne marche pas »…

Sinon pas de soucis pour faire la morale aux « pollueurs », aux « égoïstes », « aux réacs », « aux autres en fait. Mais pas touche à mon confort personnel ! Du partage de la démocratie qu’ils incarnaient ? Ils n’ont gardé qu’un jeu méchant entre eux. De la solidarité ? Qu’un avant-gardisme snobinard sur les minorités sexuelles. De l’idée que l’écologie doit donner des exemples ? Ils n’ont retenu que celle de se faire plaisir à eux seuls. « Bah, alors, vous voyez, l’écologie c’est pas difficile… ! »

David Langlois-Mallet

© MesParisiennes.wordpress.com

534331_10151403931561775_1409754082_n

Note sur le bilan critique des Verts EELV (1)

Je crois qu’il y a chez les Verts un vrai déficit de la fraternité entre vous d’abord. Ce qui rend un peu illusoire les discours sur le partage. Je ne pense pas que la Résistance aurait tenue, ni que l’on fait rien de grand, sans des qualités de ce type.

Ensuite, plus profondément, je ne pense pas qu’il y ait de culpabilité ou d’erreur (on s’est trompé ou non d’avoir été au Gouvernement). C’est à la fois plus léger et plus grave que ça. Il y a dans tout identitarisme politique une forme d’autisme. Un trait de l’époque aussi « agir pour soi » et ne pas savoir ni se mettre à la place des autres, ni même en tenir compte en faisant de la politique. L’écologie politique a un intérêt pour ses membres. Mais la politique commence à mon avis quand on touche l’intérêt général.

Autre chose de plus profond encore, un déficit « de France » je dirais… C’est à dire un cantonnement dans un mouvement culturel en politique. Du coup on peut trouver de la pertinence à l’action locale, mais aucune capacité à faire sens au niveau national.

Enfin à la jonction de ces limites, la plus grande peut-être, l’incapacité à être une force d’entrainement et de jonction, d’animation avec d’autres forces ou d’autres culture. C’est à mon sens là qu’est la clef d’ailleurs des politiques de demain, dans le savoir faire travailler ensemble des différences, face aux identitarismes justement…

( A Mickael Marie, fragment)

David Langlois-Mallet

C Mes Parisiennes

EELV un entre-soi confortable

Je dînais l’autre soir, dans un charmant jardinet, avec de vieux copains de la planète verte. « Les jeunes EELV sont très gentils, généreux même souvent. Ce n’est pas la question. Mais le recrutement s’est vraiment fait sur le modèle d’une école d’attachés parlementaires en éliminant certes tout ce qu’il y a de chiant, de perturbant chez les gens. C’est conçu pour être efficace, un peu comme une boîte de communication. Mais ce sont vraiment des gens déjà inclus qui se retrouvent entre eux. Ce n’est pas une critique contre eux, mais cela ne porte plus grand chose. Quand tu vois le dynamiques du FN qui agrègent toutes les parties de la société dans une situation actuelle imprévisible qui peut être explosive… La gauche va beaucoup souffrir dans les 10 prochaines années. »

J’opine, on aura un peu tout essayé pour les alerter que le réchauffement climatique menace et qu’il faut changer un système de consommation politique peu durable… Le choix d’un parti de professionnels plutôt que d’un parti de militant « devitalise » car il laisse la politique vivante à l’extérieur. Accentuant la fracture et la perception de l’exclusion.

Une exclusion auquel le FN, parti de « parias », a plus de facilité à s’identifier.

David Langlois-Mallet

Paris. Tellement envie de « respirer un autre air »

Bon, bonne niouze, il semble que je me suis dégoté un boulot pour après les élections (;-)  Si vous saviez comme j’ai hâte de finir cette séquence de vie de militantisme d’alerte sur Paris et la Culture… ça m’aura coûté mes boulots, mes apparts et par ricochets de belles amoures. Et collé une tonne de problèmes sur le dos. J’en ai raz la casquette. J’y aurais même perdu le goût de prendre le temps de sortir dans les spectacles et autres événements que je défends… C’est dire !

J’aurais réussi, ou non à faire bouger ce putain de truc de politique culturelle municipale à la … (mais pourquoi diable et comment me suis-je mis ça dans la tête il y a quelques années ?) Si j’avais su qu’il s’agissait, pour une question aussi évidente d’intérêt général, de tenir un siège, je me serais au moins organisé pour tenir dans des conditions acceptables (sacs de riz et réserve d’eau potable).

Franchement, je vous déconseille pour votre santé de prendre une profession où l’on vous confie les problèmes collectif si vous avez comme moi tendance à prendre les choses à coeur. On est pris entre des citoyens qui ont leur vie privée comme les autruches ont leur sable et qui se font plumer un à un et des politiques qui pour garder leur confort disent « Osons » pour « ne rien faire ».

Ce besoin de respirer ricoche de mes bronches parisiennes à ces affaires de pollution.

C’est frappant, le nuage rose de l’impuissance qui t’empêche de respirer : « on a pas eu le temps de s’organiser… » (pour acheter des bus propres) explique sans rigoler le président de la région depuis 12 ans ou plus… Pour les conflits, les calculs, la stratégie bidon pour rester en place, monter à celle du copain… ils le trouvent.

Ils n’ont pas le temps… surtout peur de vexer les autruches qui ne veulent pas lâcher leur style de vie quand vous et vos proches perdez 6 mois de vie. Imaginez tout de même que c’est pareil pour le nucléaire. Des gens nous le disent, c’est obsolète, attention, ça peut craquer ici ou là. En cas de pic dans ce domaine, c’est pas 6 mois de pris, c’est six mois de reste à vivre…

Je ne saurais trop conseiller aux copains Verts de sortir du 4×4 diesel du pouvoir maintenant. Tant qu’il en est tant. Le double jeu à des limites et si ça pète vraiment les gens sortirons avec des haches fous contre des gens qui ont promis, occupé le pouvoir tout en disant ne rien pouvoir…

Mais bon, vous voyez les choses comme vous voulez.

Moi, je vais d’ici début avril la rendre un bilan un peu propre de cette aventure de médiation de territoire et aussi me faire un peu plaisir… (;-) Désir de vivre autre chose…

David Langlois-Mallet
c Mesparisiennes.wordpress.com

Verts EELV : Profit intensif ou politique durable ?

Comment l’écologie politique, terre promise d’idées nouvelles il y a 15 ans, peut-elle donner l’impression d’un tel désert ? (texte intégral ici)

Résumé : Alors que l’adaptation écologique de notre société et sa mutation devrait être notre passion à tous comme condition d’un avenir pour nos enfants, l’apport d’ELLV à l’évolution du débat politique se borne à ses bilans réguliers d’épicerie ou à quelques protestations individuelles d’élu-es, quand les débats sur les roms font déborder à gauche le vase, la vase, ou la Valls (on ne sait plus) xénophobe.

Ainsi le vide et l’ennui politique de la France laissent à la nostalgie identitaire, à la démagogie le coeur de l’espace politique. Un pays qui devrait avoir une énergie bâtisseuse s’enferme, tire ses verrous avec des peurs de retraités niçois : la mesquinerie du petit chez-soi devient le commun dénominateur et la mesure acceptée de tous. L’écologie politique se borne à nous inviter régulièrement à constater qu’elle ne peut justement pas être tenu responsable de tout cela… Ce dont l’opinion, bonne fille au fond, lui donne acte à chaque sondage ou élection. Et on se rendort pendant que la haine monte. Celle du vote identitariste, celle du replis fondamentaliste, celle de l’autoritarisme des marchés (on le voit en Grèce ou en Espagne) qui finalement s’entre-nourrissent mutuellement dans le désir morbide du pire.

(tribune parue dans Newring 25/9/2013)