Archives du mot-clé UMP

Tour Triangle. Mettre en échec politique unique et pharaonisme

Le rejet de la Tour Triangle par le Conseil de Paris, au-delà des arguments pour ou contre*, c’est une bataille démocratique qui vient d’être gagnée. Les majorités de circonstances sont une bonne nouvelle pour la démocratie.

Comment faire avancer l’intérêt des habitants plutôt que celui des élus mégalo ou nostalgiques des 30 Glorieuses qui jouent le Dieu « Croissance » (de quelques portefeuilles), contre l’intérêt de tous ? On se pose la question à Paris et partout où fleurissent les GPI (Grands Projets Inutiles).

* Lire le dossier de Reporter sur les résistances en France et celui de Challenge sur les arguments des pour et des contre

Ca bouge dans la Capitale justement avec un vote conjoint, d’une majorité de projet (écolos, centre et droite et Parti de Gauche) qui ne correspond pas à la majorité politique.

Réponse, comme je le disais hier (lire ici Brossat Duflot désastre des stratégie de participation), en montant des majorités à géométries variables, en jugeant le projet et non le parti qui le présente. En mettant cette « politique unique », qu’elle soit présentée par la droite ou par la «  »gauche » », en instabilité.
En réintroduisant du jeu, de la démocratie. En refusant de se soumettre aux disciplines d’en-haut, en ne se positionnant pas comme client de ces pouvoirs, en ayant le courage de refuser la facilité d’un bon salaire contre une trahison de l’intérêt commun.
En faisant sécession, sédition, en affirmant dans ses choix individuels sa part de responsabilité collective puisque les dirigeants ne sont pas responsables, bref en essayant d’arrêter de profiter n’importe comment.
Un gros sacrifice pour de petits consommateurs, mais songez à ceux qu’ont faits les Résistants pour notre liberté, cela en vaut bien la peine de désobéir à leurs indignes héritiers.

Ménilmuche
« Paris est l’une des rares villes horizontales préservées et que ce serait une erreur d’y ajouter des tours… » (Unesco)

Lire ici :
Villages de tentes bois de Vincennes : Mais à quoi sert Ian Brossat ?

En attendant leur Tour Triangle – et tous les profits qu’elle cache – ils peuvent se la carrer dans l’oignon. Chiche que l’on réemploie les millions dans le logement d’urgence avant que nos élus ne sortent des mouchoirs de crocodiles médiatiques parce que des enfants meurent de froid cet hiver dans les villages de tentes des bois de Paris, à moins que Madame Hidalgo et Monsieur Brossat s’asseyent sur eux aussi ?

David Langlois-Mallet

https://mesparisiennes.wordpress.com/

© Mes Parisiennes 2014

Publicités

France : un réveil colérique…

Entre colère sociale et crise politique… Quelle idée se faire de la situation actuelle en France Depuis quelques années déjà, nous vivons un réveil politique de la société civile, mais devant le mur que lui oppose la classe politique, il est de plus en plus désordonné, incohérent, colérique… Mais pourquoi donc ne sommes nous pas capables de bâtir une alternative politique ?

La toile de fond de la mondialisation, on la connait

Les esprits, déjà sous pression des différents dangers (épuisement de la planète, réchauffement climatique, industrialisation, course au rendement et déshumanisation de la vie, précarisation ou appauvrissement)… Mais toutes les initiatives locales ou citoyennes – qui sont comme les forces de résilience ou de survie de la société civile- se heurtent en France chaque jour à une fin de non recevoir d’un système aristocratique épuisé dans ses privilèges, sourd aux propositions, méprisant vis à vis de la société civile mais qui retrouve sa force quand il s’agit de lui rendre la vie dure.

L’Etat, conspiration ou incompétence ?

D’Etat protecteur, il apparaît pour beaucoup comme incompétent sans cesser d’être autoritaire, pour d’autres comme le complice d’un vaste hord-up sur le bien commun : La croissance de l’humanité n’a jamais produit autant de richesses, mais elles sont confisquées par le 1%. Ce retour vers le temps féodal s’accompagne pour la première fois (depuis la préhistoire ?) d’un sentiment de péril mortel pour l’espèce humaine. On l’annonce tranquillement à 50 ? 100 ans ? Mais aucune décision n’est prise. Pourtant chacun le constate autour de lui que le profit sans fin épuise la vie locale, effrite relations humaines, précarise. Non seulement nous nous appauvrissons dans cette culture du égoïste, mais surtout nous sommes plus solitaires que jamais, vaguement consolés par les seuls écrans… L’individualisme produit pourtant du bonheur, celui d’une très grande créativité dans tous les domaines. Mais quels sont ses relais ? Ses moyens de partage ?

Cette angoisse activée par un sentiment très vif de trahison des élites, prend toutes les formes possibles : multitudes des initiatives locales, mouvements citoyens de propositions républicaines sans débouchés ni relais, révoltes diverses de territoires ou de corporations (en banlieue ou en Bretagne que l’on fini par regarder avec compréhension), identitarismes divers (barbus, le Penisme, ligue juive ou black, etc.)  à chacun selon son « identité » fantasmés mais qui permet de se ternir chaud et prêt au combat contre… le voisin. Toutes colères différentes et semblables qui n’ont pas de déboucher positif et convergent vers la détestation des pouvoirs en place, voir un désir morbide de leur destruction.

10653402_539514992817081_7267474946950010013_n

UMP-PS Une politique unique schizophrène

Car le centre de gravité majoritaire s’effrite (celui d’une France qui a un boulot et trouve normal de voter PS ou  UMP pour une politique unique. Présentée comme inéluctable du fait de nos engagements européens, elle oriente toutes les énergies humaines vers :

– une réelle maltraitance au travail (ou au chômage).
– une croissance des industries (que l’on nous dit pourtant écologiquement mortelle)
– et conjugue la peur que chacun a du chômage avec le soucis exclusif des profits financiers (bénéfice que l’on sait pourtant confisqués)

C’est cette politique unique, rocher battu par les vagues diverses d’une montée des colères… sans solutions ni débouché politique.

<a href= »« >

La tentation autoritaire

La gauche révolutionnaire absente, perdue dans son histoire et son folklore (son corporatisme dans le cas du PC). C’est le mouvement nationaliste FN qui s’en tire le mieux pour catalyser une alternative dans les urnes (avec les risques que l’on sait ou que l’on oublie).

D’abord parce que le FN a été excommunié par « le Système », ce qui lui sert de brevet de moralité pour beaucoup de Français assaillis d’angoisses multiples, crise économique, mais surtout crise morale et culturelle. Vide des existences et des caddys, quand un rêve de consommation s’évanouit…

Si son approche autoritaire paraît totalement anacronique, sa proposition de replis sur l’Etat et la souveraineté est partagé très largement au-delà de sa famille. Beaucoup en oublient que l’extrême droite, c’est aussi la porte ouvertes données aux haines et aux vengeances, un potentiel de guerre civile contre des communautés, replis sur soi, une société policière etc.

Et nous ? Nous qui croyons encore à améliorer les choses plutôt que les casser

Comment ne pas être en colère de voir un pays comme la France une alternative positive ? Sans y perdre plus de temps que de raison, comment ne pas en vouloir de leur médiocrité à ceux qui nous proposaient un monde nouveau à bâtir et qui en l’ont troqué contre un ascenseur social privé pour les potes ?  L’écologie politique, EELV spécialement, qui sont pourtant sur le versent humaniste, au départ de ce mouvement de fond de réappropriation de la politique par la société civile.
Eux qui ont posé les premiers tant d’analyses nouvelles (René Dumont était moqué il y a 40 ans, tous les experts disent la même chose aujourd’hui) mais qui se sont depuis tellement fondus dans le système pour quelques ministères et avantages peu durables qu’ils ne portent plus rien d’audible, ni proposition, ni contestation crédible et nous laissent donc, nous qui croyons encore à améliorer les choses plutôt que les casser, nos propositions sur les bras, sans alternative devant la question qui nous tue : Sarko ou Le Pen… ?

Alors on condamnera si vous voulez un coup « les jacqueries » ou « les casseurs de banlieue », les violences de tel groupe identitaire ou de ses concurrents, bien sur. Mais à condition de le mettre en regard de la vraie responsabilité, celle d’une oligarchie, qui confisque sans compétence et sans morale publique, le pouvoir politique, bloque les initiative et renonce à toute vraie réforme, non pas celle qui consiste à prendre aux pauvres gens le peu qu’ils ont, mais celle qui voudrait remettre en cause de leur propre fonctionnement.

Et nous ? Nous qui sommes peut-être les plus nombreux, à croire que le monde ne s’améliore pas par un recours au chef, par la course à toujours plus d’argent, mais par la multitude des petites initiatives patientes, respectueuses, locales mais aussi soucieuses des autres.
Comment pouvons-nous ne pas avoir d’alternative ?

Nous aussi en colère !

David Langlois-Mallet

c Mes Parisiennes 2014 https://mesparisiennes.wordpress.com/

France : Lendemain défaites

Les lendemains de fête ce n’est pas très joli, alors les lendemains de naufrage…

Les journalistes politiques devraient s’inspirer des méthodes des scénaristes de Games of Thrones (8 IV aujourd’hui), ils n’arrivent pas à suivre plusieurs actions à la fois… A moins qu’ils aient déjà décidé pour nous que le salut viendrait des héros de l’UMP prêts au sacrifice face aux hordes barbares en pull Marine. En tout cas, c’est sur nos UMPistes que la Déesse aux cent bouches s’attarde.

Car la caméra a vite laissé Hollande se cacher derrière le Ve pilier du Général pourtant la Constituion est justement responsable de notre blocage démocratique… Va comprendre ! On ne sait plus trop ce qui se passe au PS à 14% même s’il garde tous les pouvoirs… Sachant que le PS pèse 5,5% des inscrits et que Valls représente 5,5% de ces 5,5%, commentez la légitimité du 1er Ministre…

On sait par le réseau que les Verts sont assez contents (?), mais bon, c ‘est les Verts. Que Mélenchon veut promener son monde sur le Plateau des Glières (risque une teuf de Sarko là-bas qui prépare son appel du 18 juin, pour sauver non la France, mais lui-même de la prison) sinon la caméra s’attarde donc sur l’UMP où un curieux personnage, un lampiste, hurle plus fort que tout le monde, qu’il veut être crucifié pour les pêchés du monde (ils tiennent sa vieille mère en otage ou quoi ?)…

Même si le FN est un peu le sérum de mort qu’un peuple en colère lui injecte en augmentant la dose à chaque élection, j’ai un peu l’impression que notre oligarchie politique préfère mourir que de se réformer :

– Les chefs au pouvoir pourraient lancer une constituante.

– Les chefs des oppositions devaient annoncer qu’ils se mettent en retrait au service de plus jeunes.

Mais non, chacun préfère au final sa survie politique personnelle. Car au fond, le moi d’abord est la religion tellement ancrée dans leurs têtes. Eh les vieux politicards ! Ca marchait à peu près dans un système de prospérité collective, mais plus du tout dans les restrictions. Et je vous signale, mis à part votre génération, qu’aucune société humaine n’a fonctionné sur le moi d’abord.

Alors, côté institutions, gageons que Juppé sera investit en sauveur. Le vieux recours monarchiste reste l’ADN de la France… À moins que la droite ne s’avilisse dans une nouvelle aventure Sarkozy.

Mais rien ne dispensera notre société de se sauver elle-même. Qui veut lancer une société du partage ? Qui peut surtout ? Quelles émergences ? Gardons l’oeil ouvert, mais pas qu’à ce que les médias nous montrent du doigt. Et demandons-nous ce que nous pouvons faire, nous. Car nous sommes nombreux…

Inscrivez-vous jeunes héros et surtout, pour changer un peu… Jeunes héroïnes !

David Langlois-Mallet © Mes Parisiennes 2014

https://mesparisiennes.wordpress.com
10173797_10204139707880805_2999682807407745482_n

Merci à Marçau Champau et aux Sans Etiquettes pour les images.