Archives pour la catégorie Oeuvrier-es

Belleville : Velasco-Meller, artistes de plain pied

« Il est mort pour nous sauver, ce simplet sur sa monture, car son fils qu’il chevauchait et les bombes qu’il trimbalait, lui ont pété à la figure ».

« Morts de faim et révoltés, aujourd’hui nous sommes bien tristes, qui va donc nous bombarder, afin de nous empêcher de devenir terroristes ? »

L’image épique qui accompagne ce poème satyrique de Raoul Velasco est digne du meilleur de l’esprit multiséculaire des fêtes de Toussaint et du rictus enflammé du dieu citrouille.

Cette pensée des morts, qu’une jeune femme Kristin Meller, est entrain de la graver dans le bois, représente un cavalier d’épouvante : l’oncle Sam et sa monture sont deux squelettes de la C.I.A. Les postérieures de l’animal, deux tours qui explosent, quand de ses pattes avant, jaillissent des fusées tomahawk. Dans sous sa hennissante, barbe intégriste, la poudre d’anthrax et le beurre de cacahouète coulent à flots.

Tandis qu’un petit Mickey à tête de mort tient sous les projecteurs le clap du tournage sur lequel on lit « Ben Laden *»… Cet envers du décors délirant et burlesque des cauchemars vrais que nous sert la télé, est une des spécialités de l’Atelier Velasco & Melle, fruits d’une tradition mexicaine, les « Calaveras ». Ces cadavres représentés pour châtier nos mœurs en riant, dans une tradition pamphlétaire, syncrétisme de nos danses macabres du XIVe siècle et des fêtes des morts précolombiennes.

Kristin Meller et Raoul Velasco, nos deux satiristes, sont des artistes qui ont « pignon sur la rue des Cascades » à Belleville. Il sont riverains de la rue de Casque d’Or, sans que rien d’anecdotique n’entre dans leur rapport au quartier. C’est même tout leur art au quotidien qui est relié aux habitants des petites rues de ces hauteurs populaires d’un Paris pas encore dévalé et avalé par le flots des con-sommateurs.

Deux étrangers, que la providence a semés là en 88, elle blonde britannique, lui mexicain au profil d’indien, deux citoyens qui voient leur Paris comme une « bouffée d’oxygène extraordinaire ». Portrait du cœur pour une capitale si polluée, mais qui ne surprendra que ceux qui n’ont pas rencontrée La Ville, ici la Belleville. « Il y a ici une forme d’acuité des habitants impossible en Angleterre. Ils s’intéressent à ce que nous faisons c’est merveilleux ! » dit-elle.

Une connivence avec ces regards populaires quotidiens qu’ils ont choisis de préférence à celui des galeristes et des experts « le regard a été trop réservé aux élites, c’est ce qui fait tomber l’art dans la propriété ».

Ils entendent que l’universalité du métier se travaille en atelier et parle de manière privilégié au quartier. Raoul clame sa vocation « On refuse le mythe de l’artiste incompris, la combine de ce psychodrame ! Je veux l’artiste qui s’intègre, qui a son mot à dire dans l’urbanisation et la rue, qui va avec des phénomènes comme : squats, art sur les murs…». Cet artiste en pas de porte, il le vit polémiste et antipopuliste, disputant l’espace publique et la rue aux cols blancs en même temps qu’artisan qui tire sa raison d’être d’échanges modestes.

Leur galerie ? Elle n’en jette pas, mais inverse doucement les logiques qui font de l’art un supermarché des snobs. Par exemple les artistes invités, choisis sur le sens de leur démarche, prennent possession de l’échoppe qu’ils s’engagent à faire vivre intensément durant un week-end, par une création publique, festive ou didactique. En échange de la participation symbolique (150F/j) qu’elle demande, la Maison fait de l’artiste l’unique bénéficiaire de ce qu’il vend ! Révolutionnaire, non ?

David Langlois-Mallet

Jusqu’au 11 novembre, de 15h à 20h, exposition collective « Calaveras », (gravure en vente* à 500 f ). Atelier d’initiation à la gravure sur bois en taille d’épargne (se renseigner).

Atelier Velasco et Meller – Association pour l’estampe et pour l’art populaire, 49, rue des cascades 75020 Paris – Tél. : 01 47 97 05 35 et <mel.vel@wanadoo.fr>

Le dernier mouton de Paris se fait casser la gueule

Voilà l’ami Atlan sérieusement amoché… Un grand coup pour l’artiste (mais aussi) un petit coup contre notre humanité.

Pourtant, il ne demandait pas la lune. Il bêlait juste sur son vélo. C’est pas grand chose sa petite performance (qui nous susurre peut-être en creux, que nous ne sommes plus que des moutons). On peut aimer ou non, comme tout expression de rue, mais on doit défendre ce droit à l’originalité, à la liberté d’expression.

Voir le reportage d’Aline Chambras pour Arte Radio ici :

http://download.arteradio.com/static/player/export.html?ids=615809

Pour tout dire, ces individus qui ne veulent pas marcher la tête basse vers le prochain métro et le turbin sans entrain, nous font du bien.

D’autres y ont vu une insulte à leurs croyances, à leur identité et lui ont cassé le nez

Je ne veux pas rajouter, lui non plus je crois, à tous ces doigts qui souvent d’en-haut, pointent une religion plutôt qu’une autre. On peut le faire avec chacun des identitarismes à la con qui tiennent lieu de culture aux esprits que la mondialisation à déboussolé : je constate juste que ce qui se cache dans les replis des âmes en quête d’une consolation, puis d’une vengeance collective, se joue contre notre paix à tous.

Voilà, j’avoue que j’aurais préféré me moquer qu’il prenne enfin soin de nous pour une fois (en se faisant refaire le museau). Mais ce sera pour une prochaine fois. Là, je suis juste un peu triste de cette montée des ligues de tout bord et de la violence qui fait que les imbéciles sont tous plus frères que les artistes ne le seront jamais.

David Langlois-Mallet

c Mes Parisiennes 2014 mesparisiennes.wordpress.com

Nicolas Bacchus, néo libertin (Nova Magazine – juin 2000)

Nom : Bacchus. Age : 28 ans. Profession : troubadour. Couleurs : Arc-en- ciel, vert et rouge. Situation : ambiguë (« comme la vie », dit-il). Projet : le bonheur (et à la rentrée un passage au Loup du Faubourg). Actu : un CD, des concerts (ci-dessous). Signes particuliers : love (and politic) songs plutôt gaies.

C’est la petite dissonance distanciée qu’il aime par-dessus tout, Bacchus. Nicolas Bacchus. Avec ses petits airs de satyre méditerranéen, il nous apporte un premier CD plein de promesses… ambiguës. « En fait je suis assez transparent »… qu’il dit. Avec sa guitare et ses accords qui chantent bon la chanson française de tradition, on avait cru pourtant le voir venir de Toulouse : un troubadour ! Un chanteur courtois. Oui, mais voilà : « Non, Madame, cette nuit-là ton fils n’a pas dormi avec les filles », dans ces chansons un peu écolo, le berger trousse parfois… le berger (et le cas échéant, sa bergère). Il chante l’amour tendre et le jus de queue, et le pire, c’est que ça passe super bien (si j’ose dire).

Ça donne un coup de jeune à nos vieux airs et un coup de vieux à nos jeunes pédés. Brassens des backrooms ? « Non. je ne veux pas être le chanteur des pédés et des écolos mais plutôt changer le monde ». Chiche ! (c’est un des animateurs des jeunes écolos-alternatifs sur Toulouse) « Pour m’rouler dans l’herbe et courir après les garçons/ J’ai pas besoin qu’ils soient millionnaires ni qu’entre nous y’ait un ballon ». Le premier CD est agréable, un peu vin nouveau. On y sent encore la patte des maîtres, mais ses caractéristiques sont déjà la « distance amusée ».

Mais, « éteignez vos ceintures et attachez vos cigarettes », il a déjà sur scène de l’épaisseur, une vraie intelligence avec le public. « Pour moi, l’engagement est évident et la revendication gay concerne bien la vie publique… et (comme il le chante) « pas la peine de me chercher à la Gay-Pride, je ne passe pas ma vie à me cacher, j’ai pas b’soin d’un jour pour me montrer ». « Je veux chanter l’amour et mes chansons d’amour, c’est ça… Mon but c’est que ce que je fais soit accepté un jour, comme… chanson d’amour ». Bacchus fredonne « Je suis venu te dire que tu t’en vas… la pt’ite nuance, entre Gainsbourg et moi, est immense, mon Amour… ».

David Langlois-Mallet
nova Magazine. Juin 2000 / l7

Actualités récentes de Nicolas Bacchus :

Pour en savoir plus : http://nicolas-bacchus.com/
Dernier article : Nicolas Bacchus gagne à l’extérieur, par David Desrumeaux Hexagone http://hexagone.me/2014/06/exterieur-quai-bacchus/
Prochain spectacle :

10648922_710334069048959_2896778940450139663_o
Mesparisiennes.wordpress.com

Les jeunes mousquetaires de la chanson : 10 ans après Politis

Explorer de nouvelles voies pour changer le monde, c’est parfois explorer de nouvelles voix. Il y a dix ans, je me passionnais pour l’émergence de la jeune scène chanson. Une aventure qui me menait à découvrir tour à tour, Babx, Bacchus, Lantoine, Bihl, Pitiot… M’intéressaient tout autant les jeunes militants qui gravitaient autour de cet univers : ceux du Festival Ta Parole ou journalistes indé de Larscène dont le professionnalisme valait celui des confrères rémunérés pour cela, les Pass cocktail, mais surtout la légitimité en moins.

Rien ne se perd, tout se transforme, ayant accusé le choc des berceaux et des emprunts sur 20 ans (de la précarité pour d’autres), passé le girophare sarkozyste et plus encore le choc mou du fascadisme socialiste, les mousquetaires sont toujours là.

Ainsi ce dossier que j’avais écrit pour Politis est republié ces jours-ci par un nouveau médias, Hexagone, le sans papier de la chanson, lancé par les anciens de… Lartscène. Quand au Festival Ta Parole, il vous accueille toujours pour défricher ensemble, du 9 au 15 juin à Montreuil.

De mon côté, l’engagement m’avait amené à la chanson, l’engagement m’a reprit. Après les années Chiche ! celle des jeunes militants de l’écologie politique, largement étouffés par le développement pas durable de leurs ainés EELV, je m’étais tourné vers ces autres porte-voix, histoire de voir si un monde nouveau, endormi en politique, pouvait émerger de leurs chants (le dossier « Sur un air de nouveauté », rend compte de cette plongée, lire en cliquant ce lien) Il est amusant à lire dix ans après, car… rien n’a changé, si ce n’est que les voix nouvelles ont parfois un peu faiblit avec la quarantaine et une installation dans la vie ou au contraire sont restée confidentielles.

Ce qui est dit dans l’article, sur les difficulté à percer dans les bars d’une génération oeuvrière, s’applique à leurs petites sœurs et frères cadets qui redonnent de la voix ces derniers temps malgré les interdictions qui pèsent sur les concerts urbains.

Toujours cette question des lieux cultuels indé, de la liberté d’expression des jeunes générations, de ces cultures populaires et (toujours !) leur étouffement par le politique. Et, pour ceux qui ont suivi ces aventures, Un Peuple Créatif, notamment, les politiques culturelles nouvelles que l’on pouvait imaginer ensemble. Même air, mais une autre chanson… Nos vies sont un rêve, à l’intérieur d’un rêve qui lui-même débouche sur un autre rêve.

David Langlois-Mallet, C Mes Parisiennes 2014

Free-Jazz. Fantazio, Joyeux Bordel !

Fantazio

Fantazio émerge de l’underground. Il nous apporte sa belle énergie et son esprit de liberté.

L’un des vrais bonheurs de l’art, c’est quand un talent rare, qui a patiemment pris le temps de mûrir et de ciseler ses traits dans les bas-fonds de la ville, parvient à éclore. On croit capter alors un peu de cette « époque au meilleur d’elle-même », qu’un philosophe voyait comme notre meilleur espoir. Avec Fantazio, cette éclosion semble porter tout un printemps un peu fou, floraison de notes, de couleurs, d’attitudes et d’intentions nouvelles auxquelles il est trop tôt pour figer sous les mots. Apprécions. Mais qu’est-ce que Fantazio ? Un homme et une contrebasse, sûrement. Une formation de jazzmen libres peut-être. Un collectif informel de créateurs, mais encore tout un courant de création urbaine, qui a couvé sous les décombres du Paris popu. Un courant très sincère, né au fil des rencontres de rue, des amitiés de bar, des complicités squattardes, qui partage sans façon sur scène le plaisir de se retrouver, d’échanger des signes et de se mélanger les arts.

Musicalement, cela progresse avec la forte nonchalance de l’éléphant — son animal totem dans les graphismes de Popaye — accompagnée de sons aigrelets et dérisoires des youkoulélé, guitares hawaïennes et xylophones, ou mêlé à la profondeur de magnifiques saxos, au vacarme de batterie ou encore à la complicité d’autres contrebasses que font vibrer des nymphettes, comme encore aux chants de guerre féministes d’une artiste japonaise fluorescente. Qu’il chante « les tortues fières » qui charment les mecs les plus coquins, où celles qui se laissent faire des enfants sans y réfléchir, qu’il beugle un charabia, ou miaule à la manière d’un dessin animé américain, les langues s’emmêlent et l’on croît comprendre en franglais une phrase commencé en espagnol et peut-être poursuivie en italien. Looké manœuvre de la contrebasse, sous ses tatouages, ses vestes croisées années 30, petit frère des punks, ou de la Mano Negra, son inspiration nous parle d’un amour artiste de la rue et de ses gens qui la hante. De son dégoût pour l’amusement obligatoire, des vrais fêtes qui sont accidentelles, d’une passion pour la spontanéité : « C’est important pour moi de retrouver cette improvisation, manière de dire que chaque journée est différente. Mon boulot, c’est de ne pas être toujours dans le même état, c’est une forme de respect pour les gens. Je trouve ça terrible ces groupes qui jouent toujours les mêmes chansons et balancent les même vannes » confie t-il.

Fantazio, s’il s’est défié des maisons de disque et donne à diffuser son premier CD par la coopérative alternative Co-errances « ce n’est pas pour la pureté de l’échec ou pour rester underground, mais parce que je veux garder la propriété de mon son, garder mon autonomie ». Où cela mène t’il Fantazio ? Sûrement vers une certain succès, une auto-exploitation comme chacun de nous. Il n’en est pas dupe : « je suis ma propre pute, mon propre connard, mon propre maquereau » swingue t’il.

Et à nous, qu’est-ce qu’il nous apporte ? Une l’énergie emballante, pour réenchanter notre effort quotidien. Une esthétique neuve, pas encore gâtée par la conso culturelle, ses médias-catalogues, ses festivals. Quelque chose comme la fraîche expérience désenchantée, celle de la liberté totale, qui est conscience de sa liberté relative.

David Langlois-Mallet (bienvenue sur ma page Facebook)

www.fantazio.org

Article publié dans l’hebdomadaire indépendant Politis 2006

David Langlois-Mallet (bienvenue sur ma page Facebook)
Site Mes Parisiennes https://mesparisiennes.wordpress.com

Brigade des clowns : Farces de l’ordre

Brigade de clowns

Déguisé en CRS de carnaval, la Brigade Activiste des Clowns, sème le doute dans les manifs, mais ne cogne que sur nos ridicules.

Le fleuve des manifestants anti-CPE grossi sur les boulevards tandis que dans la rue voisine un détachement de CRS, sagement rangés dans leurs autocars, trouvent déjà la journée longuette. Ces gens d’armes, n’osent trop penser à la confuse inquiétude que leur inspire la fin de journée. Peu s’en doutent, mais sous les cuirasses de crustacés, ont connaît aussi la peur. L’appréhension, reste le propre de l’homme.

Comme le rire : «  CRS en colère, le pastis est trop cher ! »

Une masse colorée vient de déboucher sur le trottoir et se glisse parmi le martial convoi. Des personnes, jeunes pour la plupart, des filles en majorité, la tête enfouie sous des écumoires bleues, le visage maquillé sous des nez rouges, les cheveux en serpentins, agitent des matraques molles et des boucliers de orné de guirlandes.

C’est la BAC, Brigade Activiste des Clowns, qui sème le doute sur le pavé et sur ses intentions. Est ce de l’art ou des patachons ? L’un imite la posture du garde de faction, l’autre fait un gros bisou à un molosse casqué et paré pour une bataille médiévale, certains marchent au pas derrière une section en mouvement, imitant les ordres, créant le désordre… Même des manifestants, séduits, ne savent plus trop s’ils doivent quitter la mine austère de la lutte pour se laisser aller, comme leurs enfants, au plaisir de la farce. C’est tout de même sérieux la Sociale, m… !

Qui sont ces énergumènes ? Que veulent-ils ?

Ils préfèrent ne pas le savoir eux-mêmes. « On n’a jamais de message complètement clair » décode — exceptionnellement pour Politis, — Clown Bob, l’un des meneur de la revue. « Qui est-on ? que veut-on ? Les gens en tirent des choses différentes, on ne cherche pas clarifier » dit-il. En fait, cet espace d’incertitude, joue le rôle poétique et humoristique d’une parenthèse, brouille les rôles. Celle de l’ordre et de ses forces, d’abord. « Certains CRS nous chuchotent arrête ça tout de suite ! Je ne suis plus crédible… » se délecte Clown Bob.

Celle de l’obéissance aussi. Et son irrespect s’étend à toutes les conventions, celles des manifs incluses : « Le côté assez réglé de la manif aussi est mis en cause » s’amuse le clown joue à faire bêler les manifestants comme des moutons. Mais l’intention reste « de recréer de l’enthousiasme, de renforcer les gens tentés par la morosité, pour qu’ils se sentent du côté des plus créatifs » dit-il.

Une sédition bienveillante, mais politique

«Ce n’est pas du théâtre de rue, mais un autre contact au message politique que de se faire tracter à la sortie du métro », insiste Clown Bob. Faire passer un message radical par l’humour et la non violence, un langage de plus en plus prisé des activistes. Traités de « casseurs » les étudiants de Poitiers brûlent des petites voitures sur la place publique, les précaires de L’Eglise de la très Sainte Consommation organisent des pénitences devant les supermarchés, des brigades de clowns se développent un peu partout. Comme le dit Bob, « le nez rouge permet à très peu de frais de changer le discours ».

Le ridicule, arme plus efficace puisque, elle, ne tue pas.

David Langlois-Mallet

http://brigadeclowns.wordpress.com/
In Politis 2006

Slam. Hocine Ben, Lame de la rue

Slam : Lame de la rue

Le slameur Hocine Ben donne à notre époque insipide les lettres de noblesses de l’éternel esprit de la rue.
1604641_10202429027539828_990226938_n

Une phrase jaillit du public. Un garçon s‘est dressé et crânement sous sa casquette moulante de titi, nous balance à flot nerveux des mots rimés d’où jaillissent cet amour intense pour sa ville, cette adhésion filiale au macadam, territoire imaginaire qu’occupent gavroches à Paname, minots à Marseille. Aubervilliers, dont nous ne connaissions, de nom que le Fort et les clichés sur une banlieue sale et sans attraits, devient une personne lyrique, plantée fièrement face au grand Paris des poètes.

« Auber, ne t’inquiète pas…

Même si Paname nous fait de l’oeil, on revient toujours au bercail.

On à le sang chaud alors sans nous, on à peur qu’Auber caille !

C’qui ne nous tue pas, nous rend plus fort, pour toi je serais toujours un renfort.

Un rempart contre les faux. Ma ville mon phare ! Ma ville mon fort !

Car depuis le premier jour cette ville me colle à la peau.

Depuis la première nuit, elle colle à mes godasses !

Auber ! Quand sur toi la nuit tombe, alors je l’à ramasse,

L’à couche sur le papier, et je l’à regarde en face… »

Derrière le vers qui claque, par la force de la harangue d’un poulbot de ZUP, par l’élégance voyoute du bagout, le public voit monter la foule des habitants anonymes : ceux qui tiennent les murs, ceux qui portent les poubelles, ceux que l’on ne stigmatise, que l’on menace du karcher à l’occasion et que l’on abandonne ordinairement au mépris de TF1. Voilà pourquoi on dit du slameur, comme d’un élu de la République, « qu’il représente » sa cité. Car cet art est génétiquement politique. Slam cette poésie qui vous halpague, joue du sens des mots et surjoue des assonances pour exprimer avec une apparente brutalité — qui cache l’art — la conscience collective. Le slam, c’est l’esprit authentique d’un hip-hop sans la bande son, le flow du rap sans le bit. Hocine Ben vous dira que c’est aussi « prendre l’espace partout où on est », son admiration pour des auteurs négligés comme Jules Jouy. Il vous dira les mots devenus impératifs par le silence des parents, balles perdues de la Guerre d’Algérie, valises de l’immigration, nés de la panique d’une mère algérienne dans le Paris de Papon, la rage de l’humilité des ouvriers «  ma mère flippait de la police, flippait du facteur, pour elle, c’était le président de la République », le gamin des rodéos mort en mobilette, « les pauvres dans leurs réserves, en banlieue », et puis un certain « couvre-feu » qui soudain fait remonter et brasse toutes ces histoires.

Hocine Ben, porte son printemps des poètes, celui d’une lyrique héritée de Villon, de la chanson réaliste. Mais là, merci, c’est du contemporain, « Un auteur comptant pour rien ? » comme il se dit. Cadeau d’un petit gars distingué, du côté de la joue droite par l’estampille des mauvais garçons et du côté de l’âme par la grâce de quelque muse immigrée dans une cage d’escaliers. Hocine Ben, c’est surtout voix de l’ « en-bas » social, ce territoire magique et non cartographié de la conscience. Comment décrire cette contrée ?

 « D’ou je rap ? D’ou je slam ? Quand j’répondrais à cette question…

P’tèt que finalement j’livrerais moins mes fictions,

Mes brèves de trottoir et j’laisserais aux sociologues,

Le soin d’vous raconter c’que j’vous susurre prés du lobe ».

David Langlois-Mallet

Politis 893 mars 2006

Chanson. Astier, rêves de comptoir

astier_et_son_violon_htedef

On aime l’élégance de son bagout, la parfaite classe de sa dégaine gitane, ses chansons sans
filtre, ses brèves de comptoir sardoniques au fumet libertaire, ses chansons à abus dangereux, son swing fuligineux et son fume cigarette. Astier chante dans les bars ses airs allègres et gouailleurs. Tournée générale !

Astier, on le connaît depuis toujours. Intemporel comme Paris. Grand chat efflanqué, il
traînait paraît-il déjà sa mandoline avec la bande à François Villon, du côté de Monfaucon. Ses traits
fatigués de nuiteux, on les a croisés, dans les petites rues de la Cité, au Cabaret de la Pomme de
Pin. Ses cheveux frisés on les a entrevus au comptoir après le couvre-feu. Il laisse miauler son violon
en vrai Paganini et comme pour ce dernier, il flotte autour d’Astier une aura, quelque chose du
mystère sulfureux d’une permanente jouvence. Astier, c’est pas naturel !

En tout cas, en ce début de XXIe siècle, il sort des CD, forcément. Sur une musique allègre et sautillante, d’une qualité remarquable (gracias aux frères Sakarine pour les cordes), sa voix gouailleuse, pleine de cet esprit, vif et social du pavé pantruchois nous en lance de bien bonnes. On connaissait le « Dentiste des
Beaux Quartiers » qui prend son pied au fond des gosiers et l’on savait que l’on est éthylique
lorsqu’on voit « des moustiques qui s’enc… », on raffolait de « La Squelette » :

« Quand tu seras mourue / Je garderai ta squelette / Au fond d’un placard / Et quand il fera noir… Au creux de tes orbites / Je planquerai mon shit / Sur tes omoplates / Je ferai cuire des tartes / Avec ta mâchoire / Je ferai un encensoir / Avec ton radius / Un Stradivarius ».

Le voilà revenu à nos oreilles avec « Les gens sont devenus oufs », frère de vigne du swing et des délires d’un Boris Vian qui aurait trinqué le coup de trop avec Boby Lapointe. Ce coup de trop, on l’ingère aussi, avec lui, au bar de Tchernobyl, entre les hamsters géants et les moutons qui aboient. Au comptoir en sa compagnie, on retrouve l’enfance, on en apprend d’ailleurs de belles, des vertes et des pas mûres que « y’a des cas catastrophiques, que même les écolos, pour pas semer la panique, y parlent pas à la radio ».

Dans ce monde « devenu Ouf », et avant de reprendre le populo « viens pou poule, viens pou poule, viens » il emmène sa souris en carrosse. Lancé sur les routes à « 30 à l’heure » mais 200 syllabes
minutes, comme notre assiette dans la bio-science, il croise « des cochons siamois à deux langues
et des foies pour faire du cervelas pour dyslexiques dans les champs des lapins mutants qui miaulent
en volant dans les radis géants, c’est transgénique ». Derrière lui « il entend déjà les prions qui
klaxonnent » et nous, nous sommes dans la même auto !

De quoi raconter, avant le coup de l’étrier, sur les hommes-grenouilles qui grouillent « In the désert ». Politique, il l’est assurément et d’un côté qui nous place tout de suite en sympathie, mais c’est toujours à l’apéro qu’il sévit. Et puis, d’un air qui te dit aussi dans une haleine de Smirnoff, que la vie c’est bêtement plus important que de se prendre au sérieux. Cet été, on le récupère en tournée, forcément générale, mais il faudra dégoter soi-même sur son site le rade ou passer en sa compagnie la mémorable soirée. On s’y jettera un petit « rêve de comptoir » de chez derrière les fagots, histoire que le bonhomme Astier tache nos songes bachiques, avec son CD grand crû .

David Langlois-Mallet – POLITIS 2005

Chanson – Thomas Pitiot, griot du 9.3

Pitiot

St Denis, Bamako, Paris… Thomas Pitiot invente une chanson française du monde.

Oh vous les heureux coquins qui ce soir écouterez Delerme… Tirez sur le parisianiste, sortez du formatage pub, de la culture IKEA ! Et tendez plutôt l’oreille à Thomas Pitiot, ce qui est arrivé de plus audacieux à la chanson française depuis Trénet. Pas que ce chien fou égale déjà les maîtres fous chantants. Mais parce que son beau talent tente la synthèse la plus hardie et la plus politique entre une chanson populaire de bonne souche et les musiques du monde. Paroles ancrée dans une France sociale sur des refrains riche d’ailleurs… Un style captivant qui déconcerte les puristes de la chanson française, comme les amateurs de groove. Une vigueur nouvelle, puisée dans un quotidien exotique, nous raconte t-il dans des spectacles où il se joue avec beaucoup de finesse de nos préjugés : « J’ai grandi loin d’ici… derrière le Périph, dans un pays qui s’appelle le 93… ». Ce 9.3. fantasmé, que TF1 nous montre peuplé de flics et de Caillera, Pitiot nous chante qu’il reste d’abord un quotidien oublié. Celui des bonheurs poétiques des jours de la « maicresse d’école » croulant sous les avalanches de bisous édentés en contraste avec « les langues de pierre, cœurs de vipères, qu’on jamais rien donné, qu’on jamais rien offert diront du mal des fonctionnaires »… Celui des colères de Raja l’équipière en grève de Mc Do, qui « rêve d’un bonheur sur place ou à emporter », de Momo le SDF-intello des squares, qui touche le RMI (Rente au Métier d’Intellectuel), cite Baudelaire et insulte, incompris « les statues toutes nues, (qui) c’est bien connu, ne parlent que le grec ancien ».

Chroniques de la misère d’en-bas au temps de Raffarin, où les ouvriers ont le blues, même si sous le bleu la peau est noire, mais aussi chronique de richesse. « Parce qu’en donnant des cours d’alphabétisation, des gens m’ont donné de découvrir un Mali et un Sénégal qui n’est pas celui des expos d’art. Je me dis qu’il faut renvoyer l’ascenseur, ne pas profiter de toute cette richesse tout seul » dit-il. Thomas a le bon coeur de ne pas nous chanter sa culture, mais de chanter depuis sa culture, tous ceux qui tombent sous son regard gourmand. Encore une différence avec les petits malins qui citent France Inter et Télérama dans leurs chansons qui ne troublent rien, Thomas nous parle d’une humanité qui n’est pas à la fête. Il puise ainsi à une source infiniment plus riche que cette jeune scène qui se contente d’épier, complice, les frémissements de son nombril. Une chanson politique aussi parce qu’elle renouvelle les représentations. Ainsi sa prostituée, n’est pas une image folklorique reproduite de Brassens, mais la « petite craquette » des boulevards extérieurs. Pitiot nous donne à partager, différement, son intimité « ta grand-mère t’avais nommé ma violette, les mecs s’en moquent à la porte de la Villette ».

On dira que Pitiot le jeune (son père Gérard en est un autre) n’est pas encore assez exigeant avec tous ses talents ? Le public et la critique seraient bien inspirés de l’être au moins autant.

David Langlois-Mallet

www.thomaspitiot.net

CD La terre à Toto, T’inquiète production

Article paru dans Politis, 2005

Bringuebal, la Folie en tête

Bringuebal

Baluche : Bringuebal, la folie en tête

Au Bringuebal à Ménilmontant, l’esprit de fête se nourrit de ses racines urbaines. Néo-popu ou post branché ?

Comment cela se passe-t-il près de chez vous ? On veut dire, l’esprit de fête… Où-est-il ? Comment se porte-t-il ? Avouez, qu’en ville ou dans les champs, des soirées légères, enlevées, à la fois joyeuses et bon enfant, ne nous clignent pas du lampion à tous les carrefours. Allez, disons le mot, entre plaisirs sur télé-commande et rires plus ou moins tarifés, nous vivons une époque confortablement sinistre. C’est pas nos ans 2000, qu’on appellera les Années folles ! Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si certains jeunes urbains, déçus par la joie qu’on nous propose, s’amusent à brocanter des éléments à ces temps oubliés pour recréer de la complicité et de la rencontre. Norbert Bouche, l’un des instigateurs d’un baluche à chansons nommé le Bringuebal, pour être un fêtard, en parle très bien : « les parisiens ont en commun de venir tous plus ou moins d’ailleurs, du coup, on se recrée nos racines urbaines. Certains cherchent vers l’Amérique ou l’Afrique, nous, plutôt vers un Paris plus ou moins mythique des arrières grands-parents, quand la musette et la chanson française se mélangeaient au swing manouche et à l’accordéon italiens ».

Ainsi est né le Bringuebal, d’une conversation entre amis à un collectif d’artistes, à la recherche d’une autre fête. Son idée, rapprocher les artistes du public, avec des chansons chantables et dansables à la fois. « On jette les chansons qui ne nous font pas danser ! résume Norbert. C’est un esprit guinguette sans les bords de Marne, musette sans le côté virtuose de l’accordéon, on préfère oublier un peu les musiciens pour renouer avec la fête » dit-il.

Car au Bringuebal, la sono n’écrase pas la fête, l’orchestre et le chanteur ne sont pas omnipotents. Du coup, la vie regagne les parterres. Grâce aux gros cahiers de paroles qui circulent, on y chante comme on y danse. On gigote à deux comme on s’époumone ensemble, dans un bel état d’esprit. Sans en faire des tonnes. Histoire de se dire qu’on peut trouver la complicité des fêtes amicales entre inconnus de la ville.

Depuis la rentrée, le Bringuebal a planté son estrade du côté de Ménilmontant, chaque dernier samedi du mois, au Studio de l’Ermitage. Pas évident en effet de trouver une salle dans cette fichue ville embourgeoisée, quand on veut que le tarif de l’entrée n’en contredise pas l’esprit. Ici ce sera 7 euros. On transige un peu pour l’un des rares petits lieux bien vivants. Que vous vous sentiez l’âme d’un de ces néo-parisiens, popu de conviction et de CDD, branchés à leur corps défendant, ou que vous ne vous déguisiez en titi ou un gigolette que pour un soir, ce baluche pas chien, pas snob, pas regardant, pas bégueule, vous tend par la main pour la nuit. Une java avec mézigue ?

David Langlois-Mallet

Le Bringuebal, bal à danser à tue-tête, Studio de l’Ermitage, 12, rue de l’Ermitage, 75020 Paris. http://www.bringuebal.com

www.studio-ermitage.com

Politis 875 – Nov 2005