Après les naufrages politique et avant les désastres écologiques : Pour que souffle en nous l’esprit Conseil National de la Résistance !

Il va falloir que vous arrêtiez de chercher des gens identiques à vous et que vous acceptiez de trouver des alliés.

Nous sommes devant une forme de monstruosité politique, l’hydre à deux têtes Macron, Le Pen. Elle va tout bouffer, tout brûler. Et cela tombe mal, car nous n’avons pas le temps. Le calendrier n’est pas celui des prochaines élections, il est le tic-tac du réchauffement, de la mort des espèces et de la disparition de la vie.

Quel principe de précaution pour sauver ce qui peut l’être du vivant ? Comment protéger ?

Face au parti de la consommation rapide du vivant avant fermeture définitive et à son chien de garde et assurance vie, il faut une réaction très profonde de l’ensemble des vivants, quelques soient leurs chapelles politiques, religieuses ou philosophiques. Une sorte de Conseil National de la Résistance qui aille des Communistes aux Royalistes, des Anars aux bureaucrates, des Républicains (vrais) aux Socialistes (authentiques), des souverainistes aux autonomes, des Laïcs aux Chrétiens, des Musulmans aux Juifs, des parlementaristes ou associatifs etc.

Militants, il faut que vous appreniez d’urgence à arrêter de vous diviser en chapelles et en jugement. Cessez de croire surtout que les autres vont changer et que la politique est l’art de convertir à votre idée si merveilleuse, à votre sous-groupe si éclairé, à votre chef si inspiré. Ils vont rester eux-mêmes, différents, opposés parfois et c’est très bien comme cela. La politique, c’est d’apprendre à faire un chemin de bien commun avec les autres. Point.

L’ensemble de la société Française vit un naufrage, parce que 10% d’individus ont les pleins pouvoirs ? Parce que 10 autres pourcents choisissent le mauvais outil du FN pour les contester dans un duel d’idiots utiles ? Ou parce que 80% s’émiette et se désespère dans son coin et créant des chapelles à l’appel de leaders sans vision autre que leur réélection (assurée et bien rémunérée quelle que soit leur inefficacité électorale ou gouvernementale).

Arrêtez de bâtir des programmes avec lesquels personne n’est d’accord et que tous se tordent l’esprit pour réciter comme le bréviaire du salut. Nous sommes devant des problèmes tellement monstrueux que le minimum que l’on peut faire c’est de constater qu’aucun de nous n’a la solution. Parce qu’il n’y en a pas tout simplement. il n’y a que des efforts.

Il faut avoir des boussoles. Elles nous sont fournies gratuitement par les destructeurs au pouvoir qui indiquent en permanence ce qu’il ne faut pas faire. Nous avons aussi tous les exemples dans le passé de ce qui a marché. C’est bien assez et cela s’augmentera d’expérience et de découvertes.

Mais l’on sait qu’il faut d’urgence préserver l’espace vivant : terrestre, maritime et l’air que l’on respire. Sinon rien ne sera possible.

Que nous devons permettre aux humains et en particuliers aux petits qui viennent et doivent être la priorité de nos pensées et de nos actes et juste après eux les vieux et les malades qui ont besoin de nous, de vivre dignement, d’être soignés, éduqués, nourris sainement, de vivre en sécurité, bref d’assurer pour tous les fonctions de bases d’une société humaine qui veut tendre du péril au bonheur. Que cela est la responsabilité et la dignité des forts à mesure de leurs moyens à travers tous les âges.

Que nous avons le leg d’un pays magnifique, la France,riche de centaines de cultures et de gastronomies locales, toutes différentes à dix kilomètres de distance, avec des trésors et des oeuvres communes par milliers, une langue, des monuments matériels et immatériels légués par nos ancêtres et leur génie patient sur le métier des siècles. Des diversité infinies unies par un seul espace politique et un avenir commun.

Que nous nous sommes augmentés, souvent par le pillage colonial, mais aussi par le partage de la langue, de très nombreuses autres cultures et individus qui de gré ou de force, comme nos ancêtres avant eux, se sont fondus dans une oeuvre commune, celle d’une famille sur mil ans hier, dans une république de familles divisées aujourd’hui. Quel que soit notre degré de particularisme ou de centralité, réel ou fantasmé; il est impératif d’affronter le chaos qui vient ensemble, car nous serons frappés ensemble.

Les Gilets-Jaunes ont témoigné d’une société au bord de l’asphyxie et de compatriotes qui, dans un océan de richesse n’en pouvaient plus. La réponse « des responsables » aura été de les éborgner, de les torturer, des les enfermer pour maintenir leur pouvoir et celui du 1% qu’ils protège, plutôt que de répondre aux questions qu’ils posent.

L’attaque vise désormais l’expression libre, des manifestations ou de la presse, même la plus insipide et révérencieuse n’est plus à l’abri. Quel est le statut d’un simple post comme celui-là aujourd’hui au pays des Lumières et des Droits de l’Homme, qui veut contrôler tous les esprits et s’assurer de leur conformité orwelienne ?

Pour les fous de l’argent, Notre-Dame peut brûler, c’est tout bon si cela libère des espaces à la spéculation pour le tourisme. Les hôpitaux peuvent mourir, cela ouvre des opportunités de business. L’Education et la Culture peuvent être explosées, le marché y pourvoira (et malheur aux faibles et aux perdants !) La nature peut crever, elle doit être transformée tout entière en papier monnaie. Les animaux et les humains ont le même destin, finir dans des poulailler industriels ou chez Amazone à produire sous surveillance ou crever à la tache.

Pour ne pas avoir à répondre de leurs actes, ces pouvoirs font monter un faux duel avec l’épouvantail FN; ces employés du train fantôme, très bien rémunéré avec l’argent public, pour faire croire que le passé nazi nous menace et nous empêcher de prendre soin de l’avenir et surtout du présent. Une fable de croquemitaine pour petits-enfants de pétainistes à qui on a fait croire que leurs parents étaient résistants, monté en épingle autour d’un groupuscule d’incapables.

Où sont toutes les énergies de qualité de la France ? Sur la touche de l’abstention consternées, ou perdues dans ce naufrage des partis politiques qui est total ?

L’ex UMP et le toujours PS n’ont rien à opposer au monstre né de leur ventre. Ils se liquéfient à chaque élection davantage dans En Marche qui représente leur inconscient, fusion des bourgeoisies d’affaires et de 68 et de leurs valeurs : la politique sert à faire du fric n’importe comment et réciter son petit couplet anti-FN, jurer que l’on a les moeurs sexuelle à la mode, suffit à se prévaloir de moralité.

Et l’irresponsabilité des dirigeants de la contestation n’a d’égal que ceux des pouvoirs.

Glucksman peut mirer son ego au miroir du PS (cela aurait pu être à l’UMP, en Géorgie ou à Barcelone); Mélenchon se rêver en leader maximo écrasant toute voix contestataire et traçant la ligne infaillible de la stratégie unique pour les masses. PS et F.I. ont en commun d’avoir renoncé un jour la tête de l’opposition pour ne concerner chacun que 3% (parmi les gens que vous croisez dans la rue, 6% donc dans les urnes) de fidèles abonnés sans réseau, mais croyant dur comme fer que le leader va offrir un jour la 6G gratos.

Que dire des Communistes occupés eux-aussi à se compter, comme un simple groupuscule trotskiste et ravalés, par le choix anachronique de faire moderne avec un yuppies à la mode des années 50, au poids politique d’un simple mouvement animaliste ? On ne dira rien du petit Hamon occupé avec son l’Ego à fabriquer des partis d’ado à base de copains de fac. Pathétique personnage qui avait déjà préféré Macron à Mélenchon.

Tous ces gens qui ont renoncé à être en tête ensemble et on donc envoyé voter FN tous les Français qui étaient entrés dans l’illusion, en guise de victoire, de mettre Macron 2ème, ont reçu un message justement sévère. Qu’il se rassurent derrière leur langue de bois de soir d’élection, le jugement de l’histoire sera bien pire que le notre !

Comme il le sera, à droite qui se dit de bonne volonté, pour les « gaullistes » d’exclusion plutôt que de rassemblement. On n’a pas à être vraiment plus tendre avec un Dupont-Aignan qui se réclame du Général, mais ne dépasse pas le communautarisme, d’opposer les Français issus d’ancêtres de l’Hexagone, aux Français issus d’ancêtres de la colonisation. Avec un sens de l’Histoire pareil, il condamne le souverainisme à n’être qu’une force d’appoint inutile du FN. La remarque vaut pour Philippot qui se veut républicain, mais n’a pas compris ce que signifie une et indivisible et se voue donc à un destin de gloire à la Mégret.

Je ne dis trop rien des Verts, car avec 6% du corps électoral, ils ont dans leur moyenne aux Européennes et retrouveront leurs 1% à 3% comme la copains à la prochaine présidentielle. En attendant, combien d’entre-eux auront rejoint En Marche comme tous les ans ? Probablement le gros de la troupe la prochaine fois. Car après avoir rompu avec la gauche, il ne leur reste que leur propre boussole idéologique qui indique « des postes, des postes » à n’importe quel prix. Complices localement de toutes les politiques carbones, productivistes et énergivores, pourvu qu’elle leur assure un bac à fleur, une piste cyclable et le bio à la cantine des élus en guise d’image et surtout « des postes, des postes. » L’urgence de l’écologie elle-même n’est bien sûr pas en cause, ni même les compétences techniques des unes et des autres, plutôt le fait que ceux qui en font business constitue une classe moyenne très avide de « parvenir » (« l’avidité humaine », n’est-ce d’ailleurs pas le vrai nom de la « crise écologique ?) Rassurons-les, les vieilles bourgeoisies de pouvoir ont toujours finies par faire de la place aux nouvelles qui leur apportent quelque chose. La leçon de la soirée électorale est limpide, comme l’alliance qu’ils ont déjà au parlement. européen : La réélection de Macron en 2022 pourra s’appuyer sur eux au prétexte de l’antifascisme, la Planète Bleue elle… attendra bien. Quand à les compter dans la résistance, c’est pure chimère (tant qu’elle n’a pas « de postes, de postes » à offrir du moins).

Pour leurs échecs à fonder une opposition ou un groupuscule, pour leurs sorties de gouvernement en constatant qu’ils ne peuvent rien changer et que les lobbys gouvernent, tous ces chefs ont en commun d’être bien payés d’un fauteuil ou d’un strapontin d’élu (ce qui n’exclue pas la sincérité de certains, d’un Mélenchon même roublard). Je ne les pleure pas.

Mais que dire des peuples ?

Je pense que nous sommes une écrasante majorité, de conditions, de situations, d’opinions très variées, parfois même engagés et spectateurs partageant une même désolation; mais taraudés par les mêmes nécessités de dignité de base et d’honneur collectif qui ne soit pas réduit au soirs de match.

Il n’y a pas de solutions toutes cuites. Aucun leader de rechange. Aucun mouvement décisif et ni proposition fédératrice. Juste de la lucidité à partager pour ma part.

J’espère surtout que ce lève un désir, celui qu’avaient nos ancêtres de bâtir avec d’autres différents, mais pas indifférents. Je ne choisis pas à dire si cela viendra de la rue comme chez nos cousins Algériens, ou d’une coalition électorale très variée (comme je ne sais où).

J’aimerais bien voter pour une liste un jour, ou participer à un mouvement qui sait, où se retrouveraient autour des urgences et des dignités de bases des gens et de la fidélité à notre histoire de France dans sa globalité, fierté comprises et erreurs assumées; des gens qui assumeraient de ne pas être d’accord et d’en débattre, d’être de familles d’idées différentes, voir de voter différemment, sans que cela rompe entre eux le pacte républicain de fraternité d’améliorer les choses pour tous, de laisser chacun chérir sa particularité, mais d’avoir le culte de ce qui nous uni. J’espère juste que soufflera chez beaucoup l’esprit du Conseil National de la Résistance.

Langlois-Mallet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s