St Valentin électorale

Faute d’issue politique positive, Macron et Le Pen pourront retrinquer au tête à tête électoral de la peur et du désespoir; pour cela il faut qu’ils parviennent à faire basculer le débat, de la question sociale vers les peurs identitaires.

Il y a pour Macron et sa clique un enjeu vital à ce que le débat glisse du social vers l’identitaire. Les rouleaux compresseurs médiatiques tournent à plein régime pour qu’avant les Européennes, les conditions du tête à tête – qu’il avait réclamé – avec Marine Le Pen se remettent en place. Il ne peut gagner qu’avec l’argument Godwin et la peur des Castors de « la bête immonde »; elle ne peut gagner que du désespoir populaire, si la torture économique, perdu pour perdu, ne trouve aucune issue positive.

Leur intérêt est le même à ce que les gens fragilisés économiquement et humiliés symboliquement, s’étant ressoudés à leur famille et retourné vers leur culture et ses différences, réagissent maintenant en groupe d’appartenance, en communauté concurrentes et si possibles hostiles à d’autres et surtout pas en citoyens républicains demandant des comptes et exigeant un audit, un inventaire ou un contrôle de l’action des élus et de l’utilisation de l’argent commun.

Diviser pour continuer à pomper

L’hyper-classe honnie, pour laquelle les Juifs, les Musulmans, les Cathos, Laïcs, Français, les Ceci, les Cela, ne sont qu’une populace à essorer en prévision du crash global imminent, doit au plus vite lancer des leurres, pour que le débat glisse, pour que l’attention passée à se manger le nez, leur permette d’évader l’assiette.

Espérons que les gens seront plus malins et se joueront du piège. Qu’il leur plaise de se définir comme Juifs, Musulmans, Catho, Laïcs, Français, Ceci ou Cela, mais qu’ils réagissent en citoyens d’abord et ne lâchent pas le fil politique. Leur intérêt vital est le même. Mettre en échec l’hyper-classe devenue folle et ses dangereux représentants. Pour garder le pouvoir les tondre et les mater, ils sont prêts à tout, mais ils ne peuvent pas tout. Leur fragilité s’est vue.

De la capacité à ne pas rentrer dans le piège identitaire, dépend notre capacité à ne pas entrer dans le piège électoral de la peur et du désespoir, à refuser cette alternative morbide et à dégager et créer un tiers lieu politique comme nous y invitent les Gilets-Jaunes mais aussi les Gilets-Jeunes pour le climat.

A nous de montrer que, que nous nous pensions d’abord différents ou que nous nous pensions d’abord semblables, nous sommes avant tout un peuple politique !

Langlois-Mallet

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s