Ferrand of Cards : « Mais comprenez-moi ! »

La volaille qui fait l’opinion, comme le chantait Souchon, est en émoi. La maison de l’un des leurs a été ciblée.

En dehors d’une certaine pensionnaire intermittente de la psychiatrie, qui souhaite que la maison des autres brûle ? Ou qui souhaite une société où l’on a peur pour son nid ? Personne.

Mais nos castors vont taper de la queue toute la journée sur leur claviers pour pleurnicher qu’ils « condamnent les violences d’où qu’elles viennent » (comme pour se donner un brevet de vertu à eux-mêmes) et on sera bien avancé.

Il me semble pourtant qu’il y a mieux à faire que participer à la chasse à courre aux incendiaires (la police de Castaner sera plus mobilisée que sur l’affaire Crasse et Bénalla) ou au cortège des pleureuses et des crocodiles pour ce pauvre Ferrand.

Cela se résume à une idée, se mettre à la place des autres.

Et si une fois les génuflexions faites devant « le retour de la bête immonde », « le pire de notre histoire » ou que sais-je (mais vous savez mieux que moi). On se posait la question des autres ?

La classe politique et médiatique et la foule de micros à son service amplifie une émotion qui est normale quand un collègue de travail qui n’est pas une statistique, est touché.

L’émotion qu’ils ressentent est la même que l’on ressent quand un voisin, un parent, un ami, ou simplement quelqu’un à qui l’on peut s’identifier est mis en danger sur l’os de sa vie, son toit, sa santé, sa famille, sécurité, ou qu’il est expulsé… Cela nous arrive tous les jours. Hors micro.

Sans mépriser ni leur émotion, ni sa légitimité, il serait bon que leur esprit s’identifie aussi une fois à ces millions de vie détruites. Car, si l’hyper-classe vit très loin et ne voit plus la souffrance des autres que comme une statistique et une gêne, la classe politique reste un peu (pas beaucoup mais un peu) imbriquée dans celle des gens qu’elle est censée, théoriquement du moins, représenter. Il n’est juste pas possible que l’effondrement général ne l’impacte pas du tout. On dit de l’incendie qu’il se propage, comme on dit du terrorisme qu’il est aveugle.

Vous pouvez tricher un temps en inventant des emplois à 10 000 euros pour vos enfants (pour animer un débat par exemple), mais il y a un moment où quand tout un tissu cède, craque, s’effiloche, brûle…. Vous en êtes aussi voisins. Donc en quelque sorte solidaire.

On se mobilise pour sa maison, ce qui est normal à condition d’avoir compris que c’est le village qui brûle

Une remarque qui n’est valable que si le Gaulois réfractaire au changement est capable lui aussi, non de jouir de voir la maison d’un élu brûler, mais de se poser la question de s’identifier lui aussi au Rom qui dort avec sa famille dans la rue, ou au petit sénégalais qui a tendu la main une dernière fois avant de sombrer au fond de la mer de nos vacances, définitivement avec son bulletin de notes et ses rêves.

Je n’ai rien contre les identités et leurs préférences qui existent partout. Même les néo-fascistes italiens peuvent avoir raison de dire que la France de Macron et de Ferrand continue de piller l’Afrique avec le Franc CFA et qu’elle est responsable du désastre humanitaire en Libye. Mais on ne s’en tirera ni par les corporatismes, ni par la réjouissance ou l’indifférence au malheur d’autrui (ou ce qui est encore pire, l’indignation sélective).

Dernier élément enfin à soumettre à la sagacité des Marcheurs dans leur victimisation du jour. Vous êtes élus. C’est à dire que vous êtes responsables. Quand vous votez presque tous les jours l’appauvrissement et l’accroissement de la fragilité des plus pauvres ou le versement de l’argent public aux plus riches ce qui revient au même. Vous n’êtes pas dans un film. La preuve étant que vous êtes bien payé pour ça. Avec l’argent de ceux que vous appauvrissez et dont vous menacez aussi les maisons.

Songez-y, ce n’est pas un jeu. Et il y a beaucoup mieux à faire sur Terre et beaucoup plus urgent que de menacer les maisons des autres. Sauver La Maison commune.

Langlois-Mallet

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s