France Insoumise, ce qui a sonné juste ou faux

En guise de bilan de la semaine où j’ai titillé mes Ami-es de la France Insoumise (pour leur bien, j’ai bon fond), je reviens sur trois points précis. La rue, l’hémicycle et Mélenchon qui m’ont paru être l’exploration de trois type d’opposition. Avec des hauts et des bas qui révèle la quête d’identité de ce jeune mouvement.

Mélenchon et la présidentielle

C’est votre Ronaldo. A mon avis, quand on a un joueur comme cela, on ne l’enferme pas dans un programme, fût-il de la France insoumise, on le laisse libre pour le mettre dans sa meilleure expression. Il pouvait bien sur gagner la présidentielle, mais pas avec votre attitude. Je m’explique.

Vous pensez qu’il doit vous représenter, faire gagner vos idées et convertir 50% des Français-es à votre programme. C’est une erreur. Renoncez à convertir les autres dans ce cadre. Ce qui est une vérité dans le porte à porte, sur les marchés, dans le travail militant, n’est pas la vérité du pays.

« Votre » candidat n’est pas à vous. Il est chargé d’établir une négociation majoritaire entre vous et des gens qui ne pensent pas comme vous. C’est ce malentendu sur la nature même du pays, qui vous empêche de le représenter.

Vous êtes dans la situation d’un garçon révolté qui serait tombé amoureux d’une petite bourgeoise. Vous l’invitez à dîner et vous lui parler de tas de trucs qu’elle aime entendre : la Révolution, Robespierre et la Constituante, Cuba, Che Guevara… Et vous tombez de l’armoire le jour où elle part au bras d’un petit cadre de banque, minable cravaté, qui en plus la roule. Vous vous sentez floué.

Elle ne vous a pas manqué de sincérité pourtant. Elle aime bien vous entendre. Elle aime bien votre personnage. Mais vous n’avez pas entendu ce qu’elle attend de la vie. Posséder un pavillon et entendre rentrer la voiture de monsieur le soir pour qu’il lui raconte sa poignée de main avec Trump.

Elle aurait pu même partir avec vous si vous vous en teniez, comme Mitterrand, comme le PS, à l’idée en sachant que c’est pour de faux. Mais elle a vraiment eu peur que vous ne la fassiez dormir dans un squat cerné par des CRS à un moment.

Si vous l’aviez compris, vous auriez pu même négocier un projet de vie ou elle vous aurait attendu dans le pavillon et vous lui auriez raconter le soir comment vous vous êtes battu toute la journée. Mais la pousser elle dans la bataille (peut-être pour éviter en fait d’y aller vous-même ?) cela n’est pas passé.

Croyez m’en, si l’histoire repasse le plat (ce dont je doute fort). Laissez Méluche y aller à son idée. Soutenez-le, mais laissez le libre. Comprenez qu’il ne vous appartient plus, mais qu’il tisse un pont entre vous et d’autres avec lesquels vous ne pourriez pas communiquer sans vous énerver.

Ne proposez pas de projets délirants

Réalisez-les si vous le pouvez, mais cessez de les proposer.

La question d’une présidentielle est : pouvez-vous être le président ? C’est la seule à laquelle il faut répondre. C’est oui, ou c’est non. Que ferez-vous de ce job dans ce cadre là ? Ce n’est pas un entretien d’embauche où vous allez expliquer au recruteur que vous allez faire autre chose, virer le conseil d’administration de la boîte, déménager et changer le personnel. Personne ne vous prendra jamais.

Entendez-bien que je ne vous demande pas de renoncer à vos idées. Vous pouvez tout à fait vouloir rejouer la grande scène fondatrice de la Révolution Française. Comprenez juste que ce n’est pas le rêve de tout le monde, que c’est minoritaire, même à l’époque. Comme le disait Saint-Just « L’appel au peuple, c’est le retour de la monarchie. »

Les Français vous pardonneraient même (ou pas) le de faire vraiment, dans un mouvement réel, par exemple de l’Assemblée Nationale elle-même votant sa dissolution ou se proclamant Constituante (ce qui a du sens). Pas d’en faire le prétexte d’une présidentielle. Hors sujet, comme l’on dit en cette période d’examens.

L’opposition de rue

Vous avez compris que je n’ai pas été séduit par la séquence Rue de la France Insoumise qui va de septembre à mai. Chacun son genre de beauté et il me semble que l’opposition y a perdu pas mal d’énergie, en vain. Cela a d’ailleurs eu l’effet inverse : lever la menace de la rue pour Macron et pousser ces extrémistes de l’argent à lâcher encore plus leurs coups. Pas vraiment une réussite.

Vous me direz, tout épuisé par tout ce barnum, que Mélenchon a fait l’unité avec la CGT. Belle affaire. Mais dans le meilleur des cas, cela reste une question d’appareil. Pas de manif, s’ajoutant aux manifs.

Le fond de la question, c’est que vous avez fini par vous persuader vous-même dans la campagne présidentielle que vous être le peuple et que vous êtes des millions, ce qui est faux. Vous n’êtes pas le peuple. Et quand vous descendez dans la rue, vous n’êtes pas 6 millions. C’est une fausse route.

L’Assemblée

J’ai trouvé (et je ne crois pas être le seul), très convaincant la séquence d’opposition parlementaire qui va de juin 2017 à septembre. Vous avez bousculé le pouvoir. Vous avez fait émerger de nouvelles têtes et des talents. Macron a coupé le direct de l’Assemblée aux maisons de retraite ? Vous avez fait le buzz sur les réseaux sociaux. Vous avez amené de la jeunesse, de la fraîcheur, de l’argument, construit une opinion et franchement c’est votre meilleur rôle.

Vous êtes un mouvement politique qui représente les intérêts du peuple, pas le peuple. Et ce n’est pas une injure de vous dire cela. A vous de persévérer à le convaincre, à faire des militants, à élargir vos succès électoraux. A mettre un des vôtres, pourquoi pas, à l’Elysée. Bref, à faire le travail d’un parti politique. Vous serez peut-être un jour assez fort et assez confiant pour vous reposer à nouveau la question des alliances et non pas le rêve un peu adolescent que l’on emporte tout tout seul à ses conditions. Un rêve bien utile pour fonder, mais insuffisant pour le réel.

Langlois-Mallet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s