Rats-Lib’ : Se faufiler partout à Paris !

Plus de vélos, pas de voitures. Paris misera demain sur l’attelage de rats.
Inquiets de voir leur carrosse se transformer en citrouille, les barons de l’exécutif de la majorité municipale, menacés par l’avalanche de mauvaise nouvelles (dettes, magouilles dans les PV, abandon des vacances pour les enfants pauvres et divers autres projets foireux…), ont eu recours à Jargon.2.0 une agence de communication spécialisée dans « les nouveaux usages de la ville partagée pour tous, innovante de demain et connectée up to cool ».
– L’idée de l’agence, fondée par un ancien du MJS, est tellement simple que l’on s’étonne que la ville n’ait pas déboursé plus tôt les 45 millions d’euros nécessaires à la réflexion des créatifs et media-planeurs. Partant du constat que les Parisiens n’ont plus droits ni aux vélos, ni aux voitures pour se déplacer, il était tant d’innover dans l’utilisation des ressources naturelles de la Capitale en lançant le premier service de carrosse avec attelage de rats.
– Rat-Lib, c’est le nom du futur équipement municipal envisage de séduire d’abord les touristes qui, explique sans nov-langue le premier adjoint Bruno Fayard :« sont le seul vrai enjeu pour Paris, les habitants on s’en branle », mais serait ouvert aussi aux parisiens les plus chanceux, moyennant un abonnement par QR code avec reconnaissance des empreintes digitales.
– L’appel d’offre en cours d’élaboration ciblerait les compagnies privées spécialiste du low-cost afin de garantir l’inconfort et les retards auxquels les clients (on ne parle plus d’usagers) ont droit. il s’agit aussi d’asseoir en parallèle le succès du futur dispositif premium avec attelage de chinchillas (disponible uniquement, à la demande expresse de la maire du VIIe Rachida Daté, entre les 7e et 8e arrondissements).
– Seul obstacle sérieux sur la voie de Rats-Lib’ des élu.e.s de la majorité elle-même au Conseil de Paris qui dénoncent dans un communiqué la référence implicite « au conte patriarcal, aliénant et dégradant pour l’image de la femme » de Cendrillon. Ils menacent de ne pas voter le projet si la campagne de communication ne s’inscrit pas dans la lutte pas contre les stéréotypes genrés. Par exemple en montant un homme, ou la rigueur un trans, essayant une chaussure à talons, taille 32.
– « Politiquement, l’attaque est fine » note sous couvert d’anonymat un élu de l’opposition perplexe, « Anne Hidalgo pourrait faire de l’invasion de rats un argument d’une nouvelle candidature en 2020 et même en cas de défaite, un départ de l’Hôtel de Ville en citrouille attelée risquerait d’en faire la deuxième maire la plus regrettée à égalité avec notre Jean Tiberi. »
– Plutôt qu’une droite moribonde, le coup politique vise à contrer la montée en puissance à Paris de LREM. Le parti du président a bien senti le vent du boulet et réfléchit à sa réaction, probablement au travers d’un décret imposant une libéralisation des cadences des attelages (on parle de 18h sur 24h, sans jour de pause) . Ce qui aurait pour effet de rendre ce mode de transport très dangereux et donc de voir les Parisiens se tourner en masse vers l’assurance privée.
– On le voit, le projet de réconcilier les nouveaux usages et les rats doit encore s’affranchir de bien des préjugés.
Langlois-Mallet
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s