Macron : parachutiste doré du social-libéralisme !

Le numéro de bonneteau que nous fait le PS est proprement hallucinant, et je ne doute pas qu’il soit un jour enseigné dans les écoles de marketing. Mécanisme…

Votre produit, appelons-le (Hollande-Valls) est composé à base d’une politique économique (molécule Macron) que tout le monde déteste. Parce qu’il a pour effet d’appauvrir le sus-dit tout le monde, excepté le 1% qui vit au-dessus de l’impôt. La marque a été vendu pour son effet « Robin des Bois » et elle a l’effet contraire, voler tout le monde pour donner aux riches.

La recommandation des consultant est donc simple : « vous allez scinder la marque en deux. » Le public connait la marque, mais lit très peu la composition. Donc vous lancer le Macron comme un produit « neuf », jamais essayé, ce qui vous permettra d’écouler vos vieux stock; à grand renforts de unes de Paris-Match et autres bien sur. Et vous remettez sur le marché le vieux produit PS sous une nouvelle étiquette (le Hamon), pour le laisser mourir de sa belle mort, entendu que son marchandising permet encore de contrer l’émergence d’une marque concurrente (le Méluche), en occupant du linéraire de rayonnage.

Vous aurez ainsi à base d’un même produit, la marque sacrifiée et la marque star. A la faveur d’un incident industriel de vos concurrents les plus sérieux ça peut marcher… En Marche d’ailleurs, ça fait slogan ! Le directeur de la marque les Rép justement qui commercialise sous une étiquette triste, exactement un même produit , à base de la même molécule économique « de rigueur » pour tous et d’enrichissement sans fin pour très peu, se trouve pris dans ses errances personnelles qui tombent bien. Pendant qu’il se débat face à ses problèmes judiciaires, il ne reste qu’à envoyer la seconde fusée médiatique (des instituts de sondage) qui annoncent que le match est tué et qu’il n’y a qu’une seule marque star : votre vieux produit tout pourri sous sa belle étiquette brillante !

Entre-temps, tous vos actionnaires et principaux cadres auront bien sur rejoint l’usine flambant neuve du vieux produit dont personne ne veut sous étiquette moderne et rutillante. Ainsi les députés auxquels vous teniez, parce qu’il avaient servi votre politique détestée, retrouveront une deuxième jeunesse et probablement leur siège. Vous laisserez vos députés contestataires agoniser à l’extérieur, dans une bataille pour contrôler les murs et le passif de la vieille usine. Vive la dette !

Langlois-Mallet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s