Théo, émeutes à Bobigny

Je ferme un peu ma gueule sur les émeutes tout simplement parce que je ne sais pas ce que c’est qu’être contrôlé tous les jours, d’être gazé quand passe une voiture de police et d’être tabassé à l’occasion.
Je ne sais pas non plus ce que c’est d’être flic en banlieue et de me faire insulter dans une ambiance hostile, de vivre sur les nerfs et d’avoir peur au quotidien.
Pour nous un policier est quelqu’un de serviable, prêt à nous renseigner. De l’autre côté du Périph je sais qu’une guéguerre malsaine s’est installée. Un combat de coqs entre bandes de petits mâles. Les uns légitimes, les autres illégitimes partout.
Les politiques n’ont pas seulement créés des ghettos d’immigrés, déracinés autant que déconnectés du reste de la société, abandonnés entre eux dans des zones sous nos lois. Ils ont laissé pourrir la misère. Abandonné les gens au imams et aux caïds. Comme ils abandonnent les policiers républicains et les exposent à une haine ingérable, mais pas inexplicable.
On peut toujours faire sa petite morale de peigne-cul laïcard à la Marianne, dire dans son petit loft parisien qu’il est « irresponsable » de faire brûler des voitures car cela est appel d’air au FN, Jack Dion, qu’est-ce que cela change ?
Les gens ne se révoltent pas par plaisir, même si la révolte permet de retrouver du désir. Ils se révoltent parce qu’ils sont à bout et que plus rien ne paraît pire que ce qui est.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s