Attentats. Quel idéal positif ?

Vous pouvez toujours penser ou dire ce que vous voulez, nous ne serons plus les mêmes; des enfants sont morts.

Les débats entre la « droite » et la « gauche », entre « nous avons des ennemis par nature » ou « nous les fabriquons par nos iniquités » ont soudain une valeur toute relative. La question, face à un camion qui fonce – sur chacun de nous s’il peut foncer sur des enfants en vacances – est « Comment s’en protéger ? » et « Comment faire en sorte que cela devienne impossible ? » Le reste, c’est de la philosophie politique, passionnante, mais qui n’a cours qu’entre gens de bonne compagnie, c’est à dire ayant déposé la violence au vestiaire.

Il n’y a aucun remède. C’est à la fois une acceptation et un refus qui nous sauveront. L’acceptation stoïque, romaine, de la mort, pour ne pas vivre dans la peur. Et son refus belliqueux, gaulois, chevelu, pour développer les anti-corps d’un avenir. Celui que nous savons que nous ne partagerons pas tous ensemble, mais qui doit rester possible, au moins pour d’autres. C’est à dire d’abord sortir de la consommation du monde, pour revenir dans sa lutte.

Disons-le, beaucoup d’analyses contradictoires du moment sont justes. Géopolitique ou psychanalyse ? Les deux. Puisque nous avons un ennemi lointain et un autre en nous-même. Plus exactement, une organisation crapuleuse, a trouvé le moyen d’activer les fous d’ici en bombes humaines.

Ceux qui vous disent qu’il faut détruire cette organisation, comme ceux qui vous disent qu’il faut arrêter de fabriquer des fous ici ont chacun raison.

– Il faut tout autant revenir à la sagesse d’une politique étrangère traditionnelle, française, équilibrée au Levant et sortir des guerres de civilisation de l’OTAN. Qu’être capable de s’investir militairement avec des forces terrestres dans un conflit.

– Etre capable d’interdire de territoire à tout Français qui revient de Syrie, que d’expulser des étrangers auteur de délits; investir massivement sur les soins psy, que donner une perspective dans l’emploi aux milieux populaires condamnés par l’Europe de Goldman Sachs à moisir dans le chômage, renoncer aux liens pervers avec des pays qui jouent un double jeu, miser sur l’éducation populaire, comme renoncer aux ventes d’armes dans les régions instables, que prendre toutes les mesures de sécurité sur l’espace public. Cela n’a rien de contradictoire, cela s’appelle une politique, cela s’appelle avoir un objectif : la paix et la force, loin d’être antinomiques sont complémentaires.

Quel idéal pour la violence des jeunes mâles ?

Il faut surtout affronter cette grande question anthropologique qu’avant nous toutes les civilisations ont affronté et qui menace de nous détruire si nous n’en sommes plus capables. Que proposons-nous comme idéal, comme projet noble à la violence des jeunes mâles ?

Singulièrement, dans une société post-coloniale comme la nôtre, ou la violence des jeunes mâles se confond avec des histoires différentes et douloureuses, comme avec les perspectives les plus basses dans la pyramide sociale, celle du non-emploi, de la précarité et pire de la médiocrité.

Nous devons être capable d’anoblir la force. Comme l’église et la féodalité avaient en leur temps sût inventer la chevalerie pour sortir du bas moyen-âge de la violence.

Sachant que pour des jeunes blancs, la canalisation vers la police ou l’armée reste un recours au débordement de l’énergie et de la violence et une voie vers l’utilité. Quel autre rêve qu’être les méchants de notre société ou les suicidaires-assassins de Daesh, quel idéal, proposons-nous aux jeunes issus de l’immigration coloniale ?

Langlois-Mallet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s