Hollande-Valls : Violence politique

L’autoritarisme et la violence sont d’excellents marqueurs de l’autorité en faiblesse, devenue fébrile et la dérive libérale-autoritaire du PS, le deuil de la politique.

Que Valls utilise les tirs tendus de grenades de désencerclement pour blesser des lycéennes ou que Hollande menace de 49.3 la (pourtant si peu représentative) Représentation Nationale, ils ne nous disent qu’une même chose : leur peur. Celle d’aventuriers d’un pouvoir technocratique tentés par la violence une fois dans l’impasse des colères multiformes; conséquences de leur culture du mensonge et de la compromission.

« Leur peur ? confiait récemment Jacques Attali, se retrouver pendus sous le porche de l’Elysée ». Un fantasme plutôt; là où les cauchemars d’hommes de pouvoir se mêlent à l’inconscient collectif d’une nation. Des fois que la colère collective prenne conscience que quelques digues de CRS ne remplacent pas le consensus général, une fois celui-ci perdu…

Si l’art politique consiste à faire en sorte que les adversaires soient contraints de suivre vos choix, le choix hollandais de mener la politique de ses adversaires n’aboutit qu’à l’art de faire l’unanimité contre soi.

http://gph.is/1rQjoSD

– Valls aura justifié par ses excès et ses coups de menton d’exception, un autoritarisme politique que même les populistes nationaux souhaitent maintenant « apaisé ». Sans réussir à nous protéger des attentats, nous aurons tout de même perdu notre honneur collectif dans les noyades de réfugiés ou à Calais.

– Repus de stock-option, le parachute doré mieux accroché que jamais et les bénéfices des licenciements industriels solidement cachés à Panama, les héritiers gâtés de la Phynance folle auront, mieux que jamais, profité de la complicité de leur « ennemi » éphémère du Bourget pour tourner le dos à un destin collectif de plus en plus précaire. Les vautours regardent maintenant vers l’UMP pour que continue la fête, comme les Français le font pour que cesse seulement la mauvaise farce, ou le chanteur Renaud pour devenir vieux.

« Merci pour le moment… »

Pour vendre le projet des Marchés financiers, sans base dans le pays ils ne peuvent plus guère compter que sur ses clientèles parisiennes un peu honteuses dans des « ohé » poussifs, un billet glissé par-ci par-là sans conviction, sans politique, aux jeunes précarisés ou aux enseignants.

– Adoubé par toutes les dictatures infréquentables, surtout salafistes, VRP zélé de la politique des bombardement de l’OTAN, Hollande aura vendu notre fierté d’être une exception Française, sans redresser notre économie prostituée.

Aux abois, ce système de pouvoir en est réduit à espérer son sursis de ses adversaires et d’un vote de « renvoi en commission » de l’UMP sur Loi El Khomeri qui laisserait la place de la République à un Mai CRS. Ultime apothéose espérée par ce pouvoir construit sur les espoirs de changement nés de… 68.

Leur gloire reste, décidément, le deuil éclatant du bonheur commun.

Langlois-Mallet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s