Loi Travail. Neo-esclavagistes versus archeo-salariés

La politique française oppose des gens qui ont toujours eu de l’argent ; (sans même parfois avoir une expérience d’un vrai travail) mais qui t’expliquent que tu peux te passer de droits si eux se passent de règles, travailler 60h, faire survivre avec un loyer de ville ta famille pour 1000€ ou être un profiteur touchant des minimas de 450 € sur le canapé des copains la nuit (et sous-employé souriant le jour).
Que les enfants des cités, fils d’ouvrier ou de caissière, peuvent bien se passer de leurs parents réquisitionnés pour la guerre économique, puisqu’eux se passent bien d’élever leurs futurs blousons-roses ou délinquants financiers, sauf à leur payer baby-sitter et boîte à bac, comme pour les autres la prison. Adorateurs martyrs de la religion de la Croissance (pour quelques dizaines de milliers d’euros de plus), ils estiment que tous doivent s’y soumettre et y communier, s’en faire kamikazes au prix de leur santé, même pour quelques dizaines d’euros…

Elle les oppose à ces autres, idéologues du CDI, qui ont toujours connu un emploi protégé, n’ont jamais été responsables d’une PME, ni indépendants, ni précaires mais qui pérorent sur ce dont les petites entreprises ont besoin à l’aune de leur rejet (légitime) du CAC40 et s’entretiennent dans l’idée que les jeunes ou les chômeurs auront un CDI comme eux-mêmes du temps de la télé en noir et blanc… Et qu’ils peuvent rêver en 2016, comme eux l’ont connu, d’une vie dans un bureau entouré de cartes postales de chats et de plages au soleil en attendant, à coup de micro-pauses, d’être délivrés par la sonnerie de 17h.

Neo-esclavagistes et archeo-salariés poursuivent un bras de fer mortel dans lequel le chômage explose tout autant que l’emploi précaire et les dépôts de bilans autant que l’évasion fiscale des grands groupes et où seuls les actionnaires tirent profit de la faillite de tous.

Si les premiers gagnent la bataille El Khomeri, la précarité deviendra une norme et l’angoisse des CDI sous Prosac sera à son zénith ! Si les second l’emportent, rien ne changera d’une situation insupportable, c’est à dire que la précarisation du plus grand nombre progressera pour une pression toujours plus grande sur les CDI. Qu’ils enclenchent la marche avant ou la marche arrière, la voiture patine car leur monde n’existe plus que dans leurs déclarations.

Mais ces vieux politiciens bloquent d’un tacite accord le pays, car ils partagent au fond une même religion nostalgique, celle de la France industrielle du plein emploi et de la consommation, un monde magique que l’on relance à coup de grands travaux inutiles, Notre-Dame des Landes, Canopé des Halles, Jeux Olympiques, de centrales nucléaires déficitaires et fissurées… Un monde imaginaire qui coûte plus cher à entretenir et qu’on ne sait de toute les façons pas stopper. Un monde mort quoi qu’ils cherchent à nous faire croire, mais un monde dont ils entretiennent l’illusion, pourvu qu’elle dure au moins le temps de percevoir les dernières des retraites : Les leurs.

Langlois-Mallet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s