Attentats. La « guerre » ne suffit pas

Car c’est plutôt la paix qui est attaquée. Des terrasses, des concerts, des gens, des jeunes, la vie quoi… Pour nous ici, c’est terrible, mais pas davantage que quand une bombe américaine tombe sur un mariage en Syrie, un café en Irak, en Afghanistan et que nous continuons notre repas. Cette fois-ci nous sommes justes touchés nous-mêmes. Nous sommes juste rattrapés dans notre confort par ce monde horrible. Celui qu’avec notre accord passif de « peuple souverain » on laisse se fabriquer chaque jour au loin.

Oui, c’est hyper désagréable quand cela se rapproche. Très violent quand ce sont comme pour moi (et des centaines de milliers d’autres tout autant) les lieux du quotidien, le café où l’on est entré quelques jours avant, la rue où l’on choisi de préférence de passer etc. Cela n’a pas de mots pour ceux qui sont atteints dans leur tendresse aujourd’hui. Leur dire la notre, comme cette nuit, par la lueur dérisoire d’une petite bougie que le vent noir soufflera…

Mais cela n’est pas différent de ce que vivent tous les jours ces familles syriennes qui fuient nos bombes ou les mêmes attentas des mêmes terroristes. Ces simples gens que certains d’entre-nous repoussent à la noyade comme s’ils croyaient par un crime se protéger d’une maladie transmissible.

Malheureusement « la maladie transmissible », c’est la réalité de la vie sur Terre à notre époque. C’est le cycle de la prédation de leurs richesses (pétrole là-bas… voiture ici), et plus près de nous de la destruction de leurs systèmes politiques les nôtres, puis ce chaos qui nous rattrape aujourd’hui. Parce que tout est connecté désormais. Ne fait pas à autrui…

Alors, on peut ériger des murs, des barbelés comme en Israël, mais on ne cessera jamais de trembler et de s’armer derrière, de devenir plus belliqueux à notre tour. A quoi bon ? La joie insouciante sera de toutes les façons partie.

Ou changer de logique. Se protéger bien sur ! Mais aussi amorcer la déescalade et cesser d’alimenter ce qui nous retombe sur le dos. Penser que notre intérêt est aussi dans l’intérêt des autres et non contre eux. Parfois il faudra être fort et avoir le courage de faire les guerres justes. Parfois à l’inverse, le courage de ne pas y aller. Cela s’appelle l’art de gouverner.

Va-t-en-guerre (pour les autres) ou pacifiste impuissant, cela ne changera rien à court terme ici. Comme pour la pollution (et notre prochain cancer ou celui d’un proche), comme pour la précarité des retraites (et notre manque de solidarité avec ceux qui meurent dans la rue), nous allons vivre avec. Vivre avec l’ignorance, avec la bêtise, vivre malgré tout avec le mal. Vivre et peut-être mourir avec ce mal. Le mal de cet autre anonyme que notre négligence collective a fabriqué.

Alors courage les Ami-es qui vivent ici et ceux qui nous envoient des messages de partout ailleurs (les plus angoissés, je n’ai même pas pu descendre prendre mon café !!)

Et face à ceux qui font la guerre à la paix, reprenons avec Sfar le vieux mot très français de Cambronne :

Merde !

Langlois-Mallet

Publicités

3 réflexions sur “ Attentats. La « guerre » ne suffit pas ”

    1. Vos guerres, nos morts, vos guerre no more,

      http://resisteralairdutemps.blogspot.fr/2015/11/vos-guerres-nos-morts.html

      Un article de médapart pour abonné avec une citation :

      depuis une trentaine d’années, force est de constater qu’à quelques exceptions près, la plupart des attentats peuvent être liés à des ingérences étrangères et, dans l’immense majorité des cas, à des conflits dans le monde musulman, internes ou externes

      http://www.mediapart.fr/journal/international/141115/les-guerres-perdues-de-francois-hollande-et-nicolas-sarkozy

  1. http://resisteralairdutemps.blogspot.fr/2015/11/vos-guerres-nos-morts.html

    et un article de médiapart pour abonnée avec cette citation :

    « depuis une trentaine d’années, force est de constater qu’à quelques exceptions près, la plupart des attentats peuvent être liés à des ingérences étrangères et, dans l’immense majorité des cas, à des conflits dans le monde musulman, internes ou externes »

    http://www.mediapart.fr/journal/international/141115/les-guerres-perdues-de-francois-hollande-et-nicolas-sarkozy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s