Paris. Ils vous disent : Attractivité ? Comprenez votre auto-destruction.Paris

Comment ne pas faire le parallèle entre les réfugiés et la dévastation de l’argent global ici ? Je reviens d’une balade dans le Quartier Latin, la dévastation du tourisme de masse a vidé de leur substance tous les lieux qui avaient une âme et je ne compte pas le nombre d’enfants, pitchouns dormants à même les chaussures des passants, sur des matelas dans la rue. Voilà le vrai visage de leur « Attractivité » !

https://www.youtube.com/watch?v=s_x1p9urdj8

Que la lèpre des boutiques laides, banales, des chaines commerciales de glaces, de restauration rapide, de Tour Eiffel en plastique, ces lieux vides, ces activités, méprisantes pour ceux qui passent, qui emploient des personnes interchangeable, s’étendent et chasse tous les commerces tenus jusque-là de mémoire humaine, par de vrais personnages qui devenaient les familiers de leurs clients.

Celle ou celui qui dit que Paris ce n’est pas cela ? « Passéiste » ou « gauchiste »

Rue St André des Arts, il ne reste qu’un restaurant qui n’est pas le même que celui d’à-coté et de tous les autres alentours. Une seule librairie, Clavreul, qui maintiens l’idée qu’une boutique peut-être un commerce de l’esprit, une conversation, et pas seulement un tiroir-caisse qui débite.

Très peu de bars ont échappé à cette furie de destruction de l’âme. La majorité sont uniformes, de luxe de pacotille, un verre coûte le prix d’un repas ailleurs. Combien d’immeubles n’ont plus de familles et servent juste d’hôtels ? Le reste est vide, voué à la spéculation. Un quartier, il y a peu vivant, n’est plus qu’un vieux tas d’action en pierre de taille.

Mais à la Mairie on s’active ! Comme sur un chaudron infernal, « Plus de feu », « Plus de feu ! », en tablier de chauffe, la mère Hidalgo et ses gâte-sauces pédants autant que dangereusement ignares, n’ont pas fini de faire rôtir Paris. Il reste des habitants dans cette ville ! Augmentons l’appel d’air ! « Attractivité », « attractivité » le tout reposant sur l’équation fausse du capitalisme : plus d’argent égale plus de bien être. C’est rigoureusement l’inverse ! Plus le flot monte, plus la vie —notre vie— s’en va !

http://www.franceinter.fr/emission-un-temps-de-pauchon-qu-est-ce-qui-se-passe-a-paris-actuellement

L’imprimerie de Marat, que m’avais fait visiter ado, un bien original, personnage, jeune bouquiniste, toujours vêtu comme au XVIIIe siècle, admirateur de Camille et qui se faisait appelé Gilles de la Tourette. Adossée à la dernière vieille tour médiévale encore visible près de la statue de Danton, la pièce, était en état de squat et de ruine, le domaine des araignées et le repaire secret des vieilles cloches. Les derniers restes du merveilleux métier d’imprimeur s’y devinaient, avec ceux de la grande histoire, dans les gravas et la poussière. C’est ce soir un restaurant prétentieux, pour des gens auxquels il ne signifie rien.

Et tous les quartiers ayant un quelconque intérêt sont ainsi ! J’étais hier à la Gare de Lyon, parmi les poufs en tongs et autres brûlées de frais sur la Côte, les hordes de mouflets qui reniflent les adieux éternels d’amours de colonies de vacances et quelques choucardes employées de bureaux qui rentrent à la caserne.

Gare de Lyon… Tu t’attends à prendre un petit noir le temps de penser à une chanson de Barbara ? Fume ! Vapote !

Tu crois que tu peux boire un café au comptoir vite fait ? Mais quel comptoir ? Quel café ? Il n’y en a plus. Plus de commerces vrais, avec des humains, des gueules, un serveur expressif, la vie des gares. Des gens que tu seras heureux de laisser vite derrière toi. Rien. Que des files indiennes d’indifférents devant des superettes anonymes du débit de café global. Rien où tu puisse rester seulement, ni surtout croiser un humain. Que des chaînes de marques que tu retrouveras dans toutes les villes de France ou du monde.
A oui, le prix demandé est le double !


Langlois-Mallet

Publicités

6 réflexions sur “ Paris. Ils vous disent : Attractivité ? Comprenez votre auto-destruction.Paris ”

  1. je viens juste de t entendre parler a la radio, et au fur et a mesure de ce que tu racontai je pensai a ce que j ai decouvert a Londres la ville deesse du Fric…..le MODELE ECONOMIQUE A SUIVRE……

  2. LES GROSSES « MACHINES »

    Venez vous désoler à Montmartre, quartier « populaire » s’il es est, quartier des Moulins de Paris et des petits artisans, qui avait autrefois ce petit air de « Campagne à Paris » à nul autre pareil.
    La « Campagne à Paris » est bien loin et la rue Lepic, les Abesses
    et la Butte sont maintenant des autoroutes, pour troupeaux de touristes,
    qui ne s’arrêtent que dans des bazars pour acheter des souvenirs de Paris « Made in China » ! Les habitants ont pratiquement disparus.

    Venez vous désoler cité Véron, dernière petite impasse de charme,
    derrière le Moulin Rouge, où les petits jardins abritent encore quelques rares « vrais habitants » et quelques famille. Ici flotte encore les âmes de Jacques Prévert et de Boris Vian et la petite musique de l’impasse est celle du cours de danse et du piano de son accompagnateur et des chorales amateurs en été enchantent le lieu quand nous ouvrons nos fenêtres. Et le soir l’animation du « Théâtre Ouvert », un des rares théâtre qui défend une programmation ambitieuse en oubliant le « bankable ».

    Mais depuis quelques mois, la Société du Moulin Rouge qui porte bien son nom : « LA MACHINE » (« A sous !) qui n’a que le maigre chiffre d’affaire de 4 millions d’euros par an (sans doute pas suffisant pour les actionnaires), n’a rien trouvé de mieux que d’investir l’espace de l’accès des sorties de secours, qui donne sur l’arrière du Moulin en plein coeur de notre impasse. Après l’installation à la va -vite en 1 semaine d’un pseudo « jardin » au milieu des extracteurs d’aération (épisode présenté aux habitants comme un geste « environnementale »), la dite terrasse
    « ne devant jamais avoir d’accès au public », est devenu la semaine suivante un lieu qui serait « épisodiquement utilisé pour quelques manifestation » etc. Puis, la semaine d’après à démarré sont activité de Bar, Restaurant, de 12h à 22h (annoncé au début minuit mais probablement tellement hor la loi que vite réduit à 22h)
    5 jours par semaine WE compris.
    Même le WE quand les habitants sont chez eux, aucun répit.
    Bref, les interlocuteurs de la « MACHINE » ont complètement roulés
    dans la farine les habitants, pour qu’il ne puissent rien voir venir.

    « Le Bar à Bulles », qui en fait n’est rien d’autre que l’accès des sorties
    de secours de la salle du Moulin Rouge où des centaines de touristes s’entassent pour au minimum pour 2 représentations par jour
    (à plus de 100€ l’entrée !), avec sans doute la bénédiction de la Mairie de parsi et de cette chère Madame Hidalgo, qui leur a accorder un passe-droit scandaleux et complètement « hors-la loi », au mépris de toutes les normes de sécurité ou des lois anti-tabac.
    Grâce à Madame Hidalgo, ce havre de paix qu’est la cité Véron est devenu un « bastringue » à fric où s’entassent touristes et bobos pour manger boire et fumer du mercredi au dimanche inclus.
    Le « Bar à Bulle » immédiatement médiatisé via tous les sites Internet
    du style « Trip Advisor « , « Sortir à Paris » etc. avec moult critiques pâmées vantant la terrasse « jardin », pour attirer le chaland.
    Le bar fumoir géant qu’est devenu maintenant cette terrasse refoule
    les fumées de cigarettes, l’odeur et le vacarme jusqu’aux fenêtres des habitants et des familles qui maintenant ont le « privilège » de plonger
    sur l’endroit. En été par grande chaleur il devient impossible d’ouvrir les fenêtres.

    Madame Hidalgo a pourtant largement médiatisé la création d’un
    immeuble de « logements sociaux » à l’entrée de la cité Véron, ( 5 ans de travaux pharaoniques au budget exponentielle et 5 ans de nuisances),
    pour soit disant remettre des « habitants » dans le coeur de Paris.
    Entreprise louable et que nous approuvions. Cet immeuble est maintenant aux premières loges de cette terrasse – bar-restaurant, puisque une façade entière plonge directement dessus.
    Madame Hidalgo doit penser que ces gens modestes doivent s’estimer déjà heureux d’avoir un logement, ils ne voudraient pas en plus pouvoir ouvrir leurs fenêtres…

    Tout ceci n’est que le reflet désolant du mépris évident des politiques
    en place envers les habitants de la Cité et des Parisiens en général,
    à qui on ne laisse finalement que le choix de fuir, ou de se grouper en collectif pour résister et entamer des luttes longues et difficiles, contre les grosse « Machines » auquelles nos gouvernants donnent tous les droits. « Le pot de terre contre le pot de fer » un refrain malheurheusment vieux comme le monde…

    Mais au-delà de ces pratiques de « République Bananière »,
    se pose un problème beaucoup plus grave et choquant, qui reflète l’inconscience et l’incompétence des gens qui ont le pouvoir
    et n’ont comme vision que le pouvoir et le fric.
    Quand on connait la dangerosité actuelle des regroupements de foules – et qui plus est de foules Internationales – On comprend aisément qu’après la Tour Eiffel, le Moulin Rouge et ses centaines de clients quotidiens piégés dans une salle, soit le lieu idéal pour faire un carnage et donc un carton médiatique !
    Et la Mairie autorise, pour une histoire de gros sous, d’encombrer
    les sorties de secours de ce lieu hautement fréquenté, d’une forêt
    de tables et fauteuils en fer, parasol et transats, où viennent s’entasser en été un nombre complètement aberrant de personnes.

    Les habitants de la cité Véron demandent de l’aide et souhaite résister et se défendre, mais ils n’ont pas l’habitude de ce genre de combat.
    Pouvez-vous nous aider ?

    Véronique de La Lune
    Au nom des habitants de la cité Véron en colère
    verodelalune@gmail.com

  3. Venez vous désoler à Montmartre, quartier populaire s’il es est, quartier des Moulins
    de Paris et des petits artisans, qui avait autrefois ce petit air de « Campagne à Paris »
    à nul autre pareil. La « Campagne à Paris » est bien loin et la rue Lepic, les Abesses
    et la Butte sont maintenant des autoroutes pour troupeaux de touristes,
    qui ne s’arrêtent que dans des bazars pour acheter des souvenirs de Paris
    « Made in China »… Les habitants ont pratiquement disparus.

    Venez vous désoler cité Véron, dernière petite impasse de charme,
    derrière le Moulin Rouge, où les petits jardins abritent encore quelques rares
    « vrais habitants » et quelques famille. Ici flotte encore les âmes de Jacques Prévert
    et de Boris Vian et la petite musique de l’impasse est celle du cours de danse et du piano de son accompagnateur, des chorales amateurs en été qui enchantent le lieu quand nous ouvrons nos fenêtres. Et le soir l’animation du « Théâtre Ouvert », un des rares théâtre qui défend encore une programmation ambitieuse en marge du « bankable ».

    Mais depuis quelques mois, la Société du Moulin Rouge qui porte bien son nom :
    « LA MACHINE » (« A sous !) qui n’a que le maigre chiffre d’affaire de 4 millions d’euros par an (sans doute pas suffisant pour les actionnaires), n’a rien trouvé de mieux que d’investir l’espace de l’accès des sorties de secours, qui donne sur l’arrière du Moulin
    en plein coeur de notre impasse. Après l’installation à la va -vite en 1 semaine d’un pseudo « jardin » au milieu des extracteurs d’aération (épisode présenté aux habitants comme « un geste environnementale »), la dite terrasse « ne devant en aucune cas avoir d’accès au public » est devenu la semaine suivante un lieu qui serait « épisodiquement utilisé pour quelques manifestation » etc.
    La semaine suivante, démarrait sont activité de Bar, Restaurant, de 12h à 22h
    (Tirant au début jusqu’à minuit, mais probablement tellement hors la loi, que vite ramené à 22h) 5 jours par semaine WE compris.
    Même le WE quand les habitants sont chez eux, aucun répit.
    Bref, les interlocuteurs de la « MACHINE » ont complètement roulés dans la farine les habitants, pour qu’il ne puissent rien voir venir.

    La terrasse du « Bar à Bulles », n’est en fait n’est rien d’autre que l’accès des sorties
    de secours de la salle du Moulin Rouge où des centaines de touristes s’entassent,
    pour au minimum pour 2 représentations par jour (à plus de 100€ l’entrée !).
    Avec sans aucun doute la bénédiction de la Mairie de Parids et de cette chère Madame Hidalgo, qui leur a accordé un passe-droit scandaleux et complètement « hors-la loi »,
    au mépris de toutes les normes de sécurité ou des lois anti-tabac.

    Grâce à Madame Hidalgo, ce havre de paix qu’était la cité Véron est maintenant un « bastringue » à fric où s’entassent touristes et bobos pour manger boire et fumer
    du mercredi au dimanche inclus.
    Le « Bar à Bulle » immédiatement largement médiatisé via tous les sites Internet
    du style « Trip Advisor « , « Sortir à Paris » etc. avec moult critiques pâmées vantant la terrasse « jardin », pour attirer le chaland.
    Le bar fumoir géant qu’est devenu maintenant cette terrasse refoule tout l’été
    les fumées de cigarettes, l’odeur et le vacarme jusqu’aux fenêtres des habitants et des familles qui maintenant ont le « privilège » de plonger sur l’endroit.
    En période de grande chaleur il devient impossible d’ouvrir les fenêtres.

    Madame Hidalgo a pourtant largement médiatisé la création d’un immeuble
    de « logements sociaux » à l’entrée de la cité Véron, ( 5 ans de travaux pharaoniques au budget exponentielle et 5 ans de nuisances), pour soit disant remettre des « habitants » dans le coeur de Paris. Entreprise louable en soit et que nous approuvions.
    Cet immeuble est maintenant aux premières loges de cette terrasse – bar-restaurant, puisque une façade entière plonge directement dessus.
    Madame Hidalgo doit penser que ces gens modestes doivent s’estimer déjà heureux d’avoir un logement, ils ne voudraient pas en plus pouvoir ouvrir leurs fenêtres…

    Tout ceci n’est que le reflet désolant du mépris évident des politiques en place
    envers les habitants de la Cité et des Parisiens en général, à qui on ne laisse finalement le choix que de fuir, ou de se grouper en collectif pour résister et entamer des luttes épuisantes et difficiles, contre les grosse « Machines » auxquelles nos gouvernants donnent tous les droits. « Le pot de terre contre le pot de fer » un refrain malheureusement vieux comme le monde…

    Mais au-delà de ces pratiques de « République Bananière », se pose un problème beaucoup plus grave et choquant, qui reflète l’inconscience et l’incompétence
    des gens qui ont le pouvoir et n’ont comme vision que le pouvoir et le fric.
    Quand on connait la dangerosité actuelle des regroupements de foules – et qui plus est de foules Internationales – On comprend aisément qu’après la Tour Eiffel, le Moulin Rouge et ses centaines de clients quotidiens piégés dans une salle, soit le lieu idéal pour faire un carnage et donc un carton médiatique !
    Et la Mairie autorise, pour une histoire de gros sous, d’encombrer
    les sorties de secours de ce lieu hautement fréquenté, d’une forêt
    de tables et fauteuils en fer, parasol et transats, où viennent s’entasser en été
    un nombre complètement aberrant de personnes.

    Les habitants de la cité Véron demandent de l’aide et souhaite résister et se défendre, mais ils n’ont pas l’habitude de ce genre de combat.
    Pouvez-vous nous aider ?

    Véronique de La Lune
    Au nom des habitants de la cité Véron en colère
    verodelalune@gmail.com

    1. Oui, c’est une destruction de ce qui reste du tissu culturel qui a lieu partout dans Paris. Après les destructions de centres vitaux de la culture quotidienne : Les Halles, Montparnasse, Montmartre… La prise en main et l’étouffement de tous les petits lieux culturels, la Mairie s’attaque aux petits recoins de poésie.

      Cela vaut le coup pour vous d’aller voir comment se défend le collectif du 48. C’est une lutte exemplaire et assez efficace.

      C’est au 48 rue Ramponeau et il faut demander Elise la Potière.

      Bon courage, la pente est raide ! Et le mépris de l’hôtel de Ville, total !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s