France. Mes petits axes politiques

Que faire ? demandait un ami. Pour sortir un peu de ce marasme nauséeux et soumis de nos néocons roses ou bleus, sans passer par la case bleue marine et sans attendre que les Verts mûrissent, j’ai essayé de lui répondre en posant par écrit mes axes à moi. Je vous les partage, comme contrib’ au petit programme que chacun se fait à soi-même. Voyez ici aussi une ligne politique éditoriale.

Redonner des marges de manœuvre à trois espaces :

La ville et la démocratie locale

Le niveau local doit être privilégier pour rééquilibrer la politique : Les mairies devenir des lieux de démocratie directe, avec des référendum sur toutes les questions locales et une capacité à saisir le Parlement.
Au niveau citoyen, libertés civiles et des moeurs, la démocratie culturelle diversité, nationalité de résidence / solidarités, alternatives à l’argent, autonomie alimentaire et énergétique etc… appelons cela l’écologie ou comme on veut.

Au niveau national

– Un service public prioritaire de qualité et valorisant pour les fonctionnaires, transport, éducation, santé, recherche. L’aide sociale repensée autour de minima sociaux de qualité pour tous (revenu d’autonomie). Un service national civique avec option militaire.

– Une économie très libérale pour les petits (artisans, commerçants, artistes, indépendants, PME, PMI), mais un encadrement strict des gros. La suppression des charges sur le travail et leur basculement sur l’actionnariat.

– Au niveau du politique, un parlement très libre, intégralement paritaire, la proportionnelle, justice indépendante et déconnection des médias et de l’argent etc.

– Un Etat qui retrouve sa souveraineté

Un souverainisme intransigeant et régalien, une politique étrangère donnant la priorité à l’espace francophone et à l’Europe de proximité. Une position non alignée sur la scène mondiale. Un rôle d’allié indépendant et critique vis à vis des E.U.A. Un retour à la monnaie nationale. Un mandat unique de 10 ans pour le chef de l’Etat. Appelons cela le gaullisme ou le souverainisme si on veut, je dirais tout simplement indépendance.

Le tout orienté dans des exigences éthiques (droits de l’homme appliqués plutôt que ventes d’armes) et environnementales serrées et non économiques (autant dire une certaine sobriété…) visant l’intérêt des générations futures, le très long terme, ce qui se traduit par une priorité à l’enfance dans tous les domaines de la vie civile et de l’action de l’Etat.

Langlois-Mallet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s