Référendum : En notre NON !

Notre bataille pour l’Europe aura lieu en Grèce ce dimanche. Elle départagera l’Euro des technocrates et des banques, celle du « oui », et l’Europe des démocrates et des peuples, celle du « non ».

Nous Français-es nous avions, vous en vous en souvenez, voté « Non » en 2005. Puis notre classe dirigeante est passée outre notre souveraineté. La blessure reste vive dans les consciences d’ici. Le prima donné à une Union Européenne à vocation globale, par La Représentanton, a d’abord été une rupture de nos représentations.
Mais qu’avons-nous fait pour nous faire respecter et mériter notre héritage démocratique fainéant ? Appelez-vous le vote FN une réponse ?

La Grèce réagit mieux que nous au péril commun

Chez nos proches cousins Grecs, la violence des privations a obligé les gens à s’engager, hors de la consommation individuelle de la vie, dans la vie collective. Tsipras élu, le leur rend bien, qui redonne in fine la parole au peuple. Quel dirigeant en France serait chiche de ne pas confondre, la souveraineté du peuple avec son pouvoir de représentation personnel ?

Preuve qu’un grand peuple peut s’endormir sur son histoire et se réveiller grâce à elle, c’est donc avec — et non contre — un gouvernement issu de leur volonté que les Grecques et les Grecs porteront dimanche ce combat éthique de l’autonomie de la souveraineté démocratique, face à la puissance économique globalisée. Ce combat que nous aurons à mener nous aussi demain et plus durement si la Grèce perd.

– Banquiers et technocrates exigent non seulement d’imposer les dettes de leur gestion lamentable de l’Euro, mais exigent encore de faire payer cette monnaie ratée — qui nous coûte si cher au quotidien depuis 2000 ! —  au peuple (Grec aujourd’hui, Espagnol, Portugais demain, Italiens et Français ensuite). DSK dit la même chose dans une importante tribune hier (en anglais et français) hier « Le FMI a négligé le fait que la nature inachevée de l’union économique européenne était à l’origine de tout le problème. »

– Mieux encore, les eurocrates veulent désormais décider eux-mêmes de la punition qu’ils commandent à l’Etat d’infliger et, quitte à y être, choisir eux-même celui qui tiendra le fouet.

marianne

    Citoyen conscient, héritier parmi une multitude d’autres, d’une France complexe qui a inventé la souveraineté de l’Etat tout autant que la Révolution du peuple, cher pays qui crève de son manque de fierté et d’indépendance autant que peuple créatif de son manque de respect et de démocratie. Comme des millions d’autres en Grèce, en Allemagne et ailleurs, je suis aussi conscient que ce que la technostructure cherche à punir à Athènes, c’est l’idée même de la voix des libertés en Europe.

    Ce dimanche en Grèce, j’irais dire « oxy », un grand « Non », d’une même voix que les citoyen-nes de ce pays à qui nous sommes redevables deux fois :


Pour hier,d’avoir inventé la démocratie, pensé l’éthique, et nommé l’Europe…

Pour demain, d’ouvrir la voie, d’oser être les premiers à ne pas baisser la tête.

David Langlois-Mallet​

mesparisiennes.wordpress.com

Publicités

Une réflexion sur “ Référendum : En notre NON ! ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s