Cantonales : A droite on te dit que « c’est l’alternance », avec une voix de printemps…

Cantonales : A droite on te dit que « c’est l’alternance », avec une voix de printemps…

Parce que, poussés par ce que souhaitent les rentiers, les gros commerçants, les fils de pub, les drogués du boulot et des achats et les arrivistes divers des bureaux vitrés, c’est que cela continue le plus longtemps possible. Oh, bien sur, on veut bien sortir ‘le pays de la crise », mais en fait l’axiome de base est plus simple : « si je m’enrichis, c’est bon pour tout le monde » (puisqu’on emploie des femmes de ménage au black, que l’on n’arrive pas toujours à faire virer les vendeuses dont on se plaint dans les magasins et qu’il y a des pauvres qui ont du mérite, si, si…).

Ils sont incapables de voir que la vie et les valeurs mêmes qui les mènent au combat toute la journée, sont les mêmes que celle qui détruisent la vie, leur vie, coupent les liens avec leurs enfants et les laisseront marron devant le caveau avec le sentiment d’une vie volée (oui mais où et par qui, il faut bien avoir des Ray-ban à se mettre cet été sur la Croisette ?)

Il faut continuer et dresser les enfants comme ça, c’est programmé (par Dieu ? Sarkozy ? ils n’ont pas eu le temps de se poser la question), vivre c’est travailler pour de l’argent, il faut souffrir et avoir plus d’argent et espérer en avoir encore plus pour… arrêter de travailler. En attendant, la plus belle bagnole, la plus belle maison, le plus beau sac sera la preuve que l’on pédale en saignant dans la bonne direction et cette douleur la preuve qu’il faut encore plus saigner ceux qui ne pédalent pas comme des cons : profiteurs chômeurs, gauchistes, artistes qui ne gagnent pas, écolos et autres…

Au PS, c’est sensiblement la même, mais tout est dans une nuance en fait tu te crois « de gauche ». Donc limite, ce petit truc, ça vaut une baronnie sous l’Ancien Régime, une indulgence au Paradis que te donne ta bonne conscience; parce que le FN « te fait vomir », que tu peux regarder les gens de Neuilly avec une aimable condescendance, car toi, tu trouves sympa Anne Hidalgo, tu aimes les minorités et te sens prêt à aimer tout ce qui est exotique, car tu as même la recette économique.

On continue tout comme ça… et il s’agit juste de penser que tu veux la justice. On fait de la droite, de l’argent que pour sa gueule, au réveil au coucher, mais si on a (après nos bénéfices, faut pas déconner) de « la Croissance » et bien on en donnera une part aux pauvres sous forme de politique sociale, na. Pour ça on est prêt à vendre toute la France, tout Paris (à Unibail, LVMH, aux touristes et compagnie) car promis, s’il y a des bénéfices on achètera 5% de logement sociaux et on rajoutera 4€ au RSA des mères célibataires. En feignant de ne pas voir, que le pouvoir même laissé à l’argent fait la vie et le loyer impossible à tous, chasse toutes les activités, tous les métiers non rentables et plus largement mène toutes les vies « non rentables » à la poubelle…


« Moi j’écris des ‘ptites chansons pour vous dire qu’y a des gens bien.c’est certain. Ils sont 200 fois plus nombreux que la bande d’imbéciles heureux qui nous emmène tous au carton avec trompettes et clairons » Zoufris Maracas

Pour tous ces gens, le diable FN est le pain béni de la contestation. Une contestation trop sale pour être crédible. Une contestation qui te donnerait une vertu au dernier Balkany, au premier Dassault venu, pourvu que, la main sur le coeur, il se pose en rempart « contre la bête immonde ». Jeu cynique.

Le gros problème qui se pose aujourd’hui, c’est que l’amalgame a pris entre un peuple en pleine noyade et ce que l’on nous a présenté comme l’armée des nazis arrivant au pas de l’oie à l’Elysée… A force d’en baver, de détester des dirigeants qui continuent leur fête angoissée dans leur coin, il se sont dit : ok, on est racistes, on nous traite de racistes. Même pas mal, même plus peur.

Les eaux montent partout, quand tous les petits commerces ont fermés parce que l’élu machin leur a prouvé qu’une grande zone commerciale créerait des emplois, d’où leur petite dernière s’est fait virer avec son Bac+2, après une embauche un peu trop moche, fruits pourtant d’années à trainer le CV à la main de boutique en boutiques. Que les derniers paysans du coin se sont suicidés après avoir renoncé à tenir les dernières exigences de Bruxelles. Qu’on ne trouve pas un lieu sympa et un peu de vie à des lieux à la ronde à part le Mc Do etc…

Et la gauche là-dedans ? Le PC n’a rien endigué du tout, s’indigne t-on au PS qui, sur les conseils de ses bobos de Terra Nova, lui avait pourtant sous-traité le peuple. Sauf qu’il n’est plus que le Parti de quelques syndiqués de la SNCF et de la fonction publique (des villes communistes) et parfois d’enseignants à la retraite râleurs au bon coeur. Impossible d’essayer de leur dire que le monde à changé et qu’il faut réinventer forcément le travail, le salariat, le rapport à la flexibilité et aux temps. Car être de gauche, c’est marqué dans le bouquin (plus solide que du Moïse) « être de gauche, c’est faire que les droits acquis soient conservés ». C’est très jolie en effet dans le bouquin et sur le tract, mais dans la réalité, ça revient à créer deux classes de peuple. Les sécurisés et les précaires. Et que ce n’est pas les petits marquis de la Place du Colonel Fabien au look Guy Moquet qui y changeront un clou. Pire, l’esprit de classe est devenu pour beaucoup un aller simple pour les gars de la Marine.

Alors voilà, on se retrouve dans ce désastre. Il reste des humanistes cultivés à droite, des gens de gauche intelligents (si, si), mais il ne faut pas compter sur ces maigres cohortes pour proposer quelques chose. On a assez dit ici les limites des Verts ou des Rouges pour en rajouter. L’arrivisme des premiers, le dogmatisme passéiste des seconds, ne laisse que de maigres cohortes à compter parmi les énergies de pour un redressement quelconque.

Reste, ceux qu’on ne compte jamais. Nous je dirais. La majorité des gens de ce pays qui sont plutôt de bonne volonté, pas trop malheureux dans leurs manière de vivre et de penser leurs liens, leurs priorité et leur rapport aux autres; reste à savoir si cette France là, assez éduquée pour comprendre la situation, assez peu égoïste pour avoir escaladé les différentes piles de pouvoir de la société, se bougera ou regardera monter les eaux.

Pas à mon avis que le FN réouvre les fours crématoires. Mais simplement que le temps perdu dans des voix de garage est un, des rochers que ses enfants-Sysiphe devront encore remonter. Vous croyez qu’ils n’en auront pas assez avec le réchauffement, la pollution, la malbouffe, le chômage et le reste ?

Ou vous attendez que, dégoûtés par leurs parents comme vous par les politiques, ils prennent eux aussi leur carte à 18 ans à l’enseigne borgne ?

David Langlois-Mallet​

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s