Manif. Charlie, être ou ne pas être…

Je m’étonne que l’on relève si peu la dimension antisémite de ce massacre. Défendre le droit fondamental des Palestiens, reconnaître la pression néocoloniale qui pèse sur le peuple en France, n’empêche pas d’être juste. Sinon quelle valeur ont ces exigences de justice ?

Nous sommes aussi Ahmed le policier, nous sommes aussi mr le client du supermarché Casher. Sinon à quoi rime d’être Charlie ? À fantasmer sur la carte de presse sans prendre le moindre risque ?

(Tout en rappelant que celle-ci donne lieu à un abattement, pas à être abattu !)

534331_10151403931561775_1409754082_n

Il faut vous décloisonner un peu les mirettes. Vous avez le droit de détester la politique nationaliste d’Israël, sans j’espère trouver acceptable que l’on tue des juifs qui font leurs courses à Paris. Ou alors c’est grave !

Être indignés des violences policières en banlieue, sans pour autant approuver que l’on tue des policiers dans les rues.

Détester certaines caricatures, ou la ligne de Charlie Vall-Fourest (certains dessins de Charb auraient valu des condamnation au FN). Et vous retrouver dans l’indignation après leur assassinat. J’espère pour vous !

Charb : Taubira

Moi je défilerai volontiers, je suis prêt à côtoyer des nationalistes et des religieux, des Sarkozystes et même… des socialistes !! (Je blague Nestel)

Comme j’en croise au marché, dans le métro, au boulot etc. Je ne trie pas entre les Français qui disent se reconnaître dans une règle simple : liberté de parole et pas d’actes violents.

Cela n’efface aucune différences, aucun conflits civilisé mais rappelle juste les règles du jeu commun.

Je ne suis pas Charlie. Je pleure des gens que j’aimais. J’honore la mémoire de ceux qui meurent, non violents, pour leurs convictions et singulièrement pour le métier noble de dire le réel, cela ne m’empêche pas d’être lucide sur ce que Val avait fait de Charlie, en politisant inscrivant des blagues de potaches dans le choc des cultures. De critiquer un journal qui était passé de l’insolence envers les puissants à un rire parfois connivent à leur table, et à ne pas oublier que ce rire qui tombe d’en-haut blesse aussi.

Bref, restons complexes comme le réel et justes. Ce n’est pas « les arabes » que l’on soutien mais l’égalité, pas Val et Valls que l’on cautionne, mais le crime que l’on dénonce et qu’on ne relativise pas selon qu’il vise un juif, un journaliste, un policier ou un autre passant.

Bon à part ça on se retrouve à quelle heure demain ?

David Langlois-Mallet

© Mesparisiennes.wordpress.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s