Charlie. La force de nos diversités

Très belle image de ferveur sur la page de soutien à Charlie et autour de la Déesse République. Quand les Vikings terrorisaient Paris, et encore en 14-18, le peuple se portait autour de Geneviève, devenue Ste Patronne de la Cité.

Comme quand certains tuent au nom d’un Dieu, ou d’un totem (que pense le million de morts civils Irakiens de la Liberté made in USA ?), « l’Europe » pour Brejvik en Norvège, et donc « Allah » qui n’a rien demandé pour Charlie. Qu’importe au fond le nom de la divinité qui protège la cité, ou qu’une divinité nous protège, au fond. C’est toujours nous qui nous cherchons.

Nous, qui essayons de nous retrouver pour conjurer la peur quand nous sentons le danger. Partager, échanger. Trouver un slogan à taton, comme la foule ce soir Place de La République, pour se représenter une nouvelle direction. Un espoir quand l’hiver vient, une lueur comme celle des lanternes s’élevant dans les airs ce soir sous les applaudissements, quand la nuit et noire et que nos cœurs, lourds, soupirent.

J’espère que nous saurons manifester très fort notre cohésion dans les jours qui viennent. Montrer la puissance de notre détermination dans toutes nos diversités, ne pas se laisser entraîner dans les amalgames, les camps, les haines, les préjugés à maintenir un peuple libre et multiple, fier de son insolence et de sa liberté d’expression, une société ouverte.

« On n’abdique pas l’honneur d’être une cible » disait Cyrano. Le panache est une vieille vertu des Français, il flotte très haut dans le souvenir de ces artistes, des gens fraternels, des amis du rire, de la bonne vie et des autres.

Nous abattre en tuant les poètes… C’est une bien vilaine idée. Nous faire taire en frappant le rire. Une immense méchanceté. Opposer des mitraillettes aux crayons, une abominable lâcheté.

J’espère que nous ferons dans les jours qui viennent la plus gigantesque des manifestation, avec des satiristes, des clowns, des laïcards, des croix, des kippas, des libertines, des grenouilles de bénitier, des babouches, des charentaises, des foulards, des bérets, des drapeaux bleus-blancs-rouges, et de toutes les régions qu’on voudra, de tous les pays où l’on parle le Français, en particulier du Maghreb et d’Afrique, de Syrie et de d’Irak et de tous les pays où l’on aime nos artistes, nos moeurs sans façon et notre génie politique.

J’espère que l’on montrera au Monde que l’on sait être un seul peuple dans la paix, infiniment riche des diversités et des histoires complexes de chacun. Et que si l’on en frappe 12, on en mobilise 65 millions.

David Langlois-Mallet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s