Sur l’antisémitisme en France

Sur l’antisémitisme, je tenais à vous dire une chose qui j’espère sera bien comprise.

Je ne suis pas très prompt à particulariser les tensions actuelles comme antisémites. Parce que d’une part elles touchent toutes les identités collectives. Beaucoup d’individus qui commettent des crimes, des méfaits crapuleux individuels, se donnent de prétendues raisons communautaires. C’est cela le phénomène central je crois.

Que tous les groupes ont actuellement cette perception, même le groupe social « dominant », d’être la cible de ce phénomène (le post qu’un de vous passait sur une jeune fille de 18 ans horriblement torturée et violée parce que « sale pute de francaise ») etc.

Que dans l’ordre des groupes et religions les plus visés d’en-haut (médias et poltiiques) au quotidien ou stigmatisés on trouve les Roms, les Musulmans et les Noirs, surtout dans la mesure où ils sont pauvres et habitent des zones reléguées. C’est à dire que le peuple reste perçu par l’élite comme la classe dangereuse. Et de même « les jeunes » par « les vieux ».

Reste -et je crois, que nous devrions trouver la réponse pour le manifester à nos compatriotes juifs-, que les actes contre les Juifs ne sont pas à mettre sur le même pied que d’autres.

Pas parce qu’ils sont Juifs, supérieurs ou inférieurs, comme certains extrémistes opposés le réclament. Mais parce que je crois que notre collectivité française ne doit pas oublier que les Juifs ont été systématiquement éliminés à une époque assez récente « parce que Juifs ». Et que l’Etat qui se prétend laïc et ne reconnaissant pas en son sein de communautés, a tout de même usé de sa police pour trier des citoyens à livrer à l’élimination. Que ce crime ne peut-être banalisé.

Je crois que c’est le seul exemple, avant il faut remonter aux Vendéens et avant eux peut-être aux Protestants et aux Albigeois, ou des population ont été strictement éliminées dans leurs ensemble sans distinction, sur décision politique en France.

Avec l’énorme différence pour les Juifs que certaines personnes vivantes actuellement, l’ont vécues elles-mêmes ou au travers de leurs parents, frères ou sœurs et que donc le niveau actuel de violence ou de menace, s’il est ressentit par tous, ne l’est pas dans les mêmes proportions par les Juifs de France. Et c’est à toute la communauté Française d’en tenir compte.

Je pense que c’est important d’être précis là-dessus pour ne pas alimenter un fantasme qui mettrait les Juifs au-dessus des lois communes et ne pas banaliser non plus l’antisémitisme. La surenchère de politiques et d’élites déconsidérés à crier « à l’antisémitisme » avant même la vérification du moindre fait divers, n’aidant pas à y voir clair et renforçant cet « anticapitaliste des imbéciles » qu’est si souvent l’antisémitisme.

Important parce que la réprobation que le colonialisme Israélien suscite, ne doit pas devenir un prétexte à l’antisémitisme ici. Sauf à donner alors raison aux colons là-bas de dégager à n’importe quel prix un lieu sûr sur la Terre. Il importe donc que ce lieu sûr soit ici et pour tous au sein d’une République laïque.

Dernier point, je crois qu’il y a aussi dans l’ensemble de la population un raz le bol du passé enseigné comme un acte de contrition et de repentance.

Nous sommes passés en un siècle de l’enseignement d’une fierté française aveugle et d’un colonialisme auto-satisfait, à si extrême depuis les années Mitterrand. La France honteuse, coupable, jamais assez criminelle.

De la gloriole d’être un peuple de résistants Gaullistes au stigmate d’être des Pétainistes assassins d’enfants. Tous ces excès, ces manipulations de la conscience collective, (conduits par les mêmes qui avaient un passé trouble à faire oublier d’ailleurs, Mitterrand encore), participent d’une dépression collective française je crois, mais aussi de la réaction nationaliste, Zemourienne, que l’on observe actuellement et qui comme toute réaction ira de l’excès au ridicule.

Je pense qu’il faut affirmer avec force la grandeur de notre histoire et la dignité de notre peuple. Mais que le premier signe de force c’est la justice, pas le chauvinisme.

Qu’il faut donc regarder en face (comme le font actuellement le États-Unis, chapeau Mr Obama), nos erreurs, nos fautes et nos crimes contre nous-mêmes, c’est à dire contre notre idéal d’humanité, qu’il s’agisse de notre passé et de notre présent colonial ou de cette honte de l’antisémitisme d’Etat que même Maurras, en retour de mode actuellement, avait désavoué du fond de sa prison.

Oui à la fierté, mais oui à la justice, c’est à dire oui à la lucidité.

Que vous soyez d’accord ou non vous appartient. Je souhaite avant tout être bien compris.

Amicalement,

David Langlois-Mallet

© Mesparisiennes.wordpress.com

Crédit photo http://www.marcellamartial.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s