Village de tentes à Vincennes : mais que fait Ian Brossat ?

Cela faisait longtemps que je n’étais pas passé par le Bois de Vincennes. C’est devenu un village de tentes de misère.

Les SDF ont planté partout leurs abris de fortune. Le linge séchait, cette belle journée de novembre. Un luxe apprécié on imagine alors que l’hiver arrive. Pas mal d’hommes hirsutes de plus de 50 ans bien sur. Les anciens ouvriers j’imagine.

Des femmes aussi. Ou pour mieux dire des familles. N’imaginez pas des roms dans des jupes exotiques. Justes des Madames tout le monde avec des enfants en anorak bon marché qui jouent autour. On se demande combien d’élus, combien de copains d’élus et d’obligés politiques trustent encore les logements dit « sociaux » de la ville.

Mais en fait le problème n’est qu’en partie là, Paris, pour se faire pardonner de faire flamber les prix avec le tourisme, le luxe, réserve ses constructions neuves aux classes moyennes qui eux non plus n’ont plus les moyens de louer. Alors le populo… C’est bon pour la banlieue (comme Paris appelle la partie de Paris qui fait sa richesse mais pour laquelle, elle ne veut pas partager).

Quel bonheur d’habiter si près du Zoo de Vincennes !

Dommage, c’est sous une tente de fortune. Dommage la mairie «  »de gauche » » a mis l’entrée à 22€. C’est à dire réservée aux électeurs du PS ou +.

Paris, l’une des villes villes les plus riches du monde. Paris et son maire adjoint au logement «  »communiste » » (ça ne s’invente pas). Comment s’appelle t-il déjà ? Ian Brossat, sa gomina et ses costumes de petit marquis. Un « type » (comme il dit) qui non content d’avoir tué la possibilité d’une alternative politique à Paris pour s’assurer son petit revenu au top*, joue le maire bobo idéal.

Je l’avais interpellé il y a peu, attirant l’attention sur ce couple de handicapés qui va passer l’hiver, comme toutes les nuits depuis un moment, sous un abribus du quartier de la Roquette. Un membre de son équipe de communication, Laurent Klajnbaum, m’avait demandé leurs coordonnées téléphoniques.

J’avoue que je n’y avais pas pensé en les découvrant à 3h du matin.

Je ne savais pas non plus qu’il fallait faire le travail à leur place. Pour peu, je me serai senti coupable. Mais ok. Je suis allé leur demander leur téléphone et l’ai transmis aux amis ou service de ce Monsieur l’adjoint au logement qui fait le malin à New-York et ailleurs. J’ai beaucoup de respect pour ce que les communistes ont apporté à l’histoire sociale et à la liberté de Paris. Mais là, je ne suis plus trop.

Et un mois plus tard, j’aimerais savoir ce que Monsieur Brossat a fait ou nous dise si il assume que ces gens meurent cet hiver sous l’abribus de la rue de la Roquette ?

David Langlois-Mallet

* « On ne peut rien dire sur les revenus de Monsieur Brossat, il en verse une partie au PCF » m’avait assené son représentant. J’avoue, quel argument…
Mes confuses !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s