Note sur le bilan critique des Verts EELV (1)

Je crois qu’il y a chez les Verts un vrai déficit de la fraternité entre vous d’abord. Ce qui rend un peu illusoire les discours sur le partage. Je ne pense pas que la Résistance aurait tenue, ni que l’on fait rien de grand, sans des qualités de ce type.

Ensuite, plus profondément, je ne pense pas qu’il y ait de culpabilité ou d’erreur (on s’est trompé ou non d’avoir été au Gouvernement). C’est à la fois plus léger et plus grave que ça. Il y a dans tout identitarisme politique une forme d’autisme. Un trait de l’époque aussi « agir pour soi » et ne pas savoir ni se mettre à la place des autres, ni même en tenir compte en faisant de la politique. L’écologie politique a un intérêt pour ses membres. Mais la politique commence à mon avis quand on touche l’intérêt général.

Autre chose de plus profond encore, un déficit « de France » je dirais… C’est à dire un cantonnement dans un mouvement culturel en politique. Du coup on peut trouver de la pertinence à l’action locale, mais aucune capacité à faire sens au niveau national.

Enfin à la jonction de ces limites, la plus grande peut-être, l’incapacité à être une force d’entrainement et de jonction, d’animation avec d’autres forces ou d’autres culture. C’est à mon sens là qu’est la clef d’ailleurs des politiques de demain, dans le savoir faire travailler ensemble des différences, face aux identitarismes justement…

( A Mickael Marie, fragment)

David Langlois-Mallet

C Mes Parisiennes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s