Israël/Palestine : Pour une parole française

Il y a une extrême-droite chrétienne, abondamment dénoncée en France, une extrême-droite musulmane avec qui on en guerre en Afrique ou en Afghanistan et une extrême-droite juive au pouvoir en Israël.

Le gouvernement français, en choisissant un camp plutôt que d’oeuvrer pour la paix nous emmène dans un très dangereux choc des cultures à la manière de Bush. A l’encontre de ce qu’à dit Hollande, il importe en fait cette violence en France, alors que nous devrions être un creuset des solutions. C’est comme à chaque fois que la France s’est trahie, au temps de la guerre d’Algérie (anti-arabe) ou de Vichy (anti-juif), en manquant à l’esprit de justice.

Nous devons rester solidaires de populations civiles que l’on tente de chasser de leur territoire et faire reconnaître ce pays. Comme nous devons être tout aussi solidaires d’Israël et de son droit à exister quand le monde arabe qui l’entoure le nie. C’est le même choix de civilisation qui est en jeu entre la Palestine et Israël, la coexistence politique des différences, plutôt que l’apartheid et une guerre sans fin.

Ce n’est pas contradictoire, d’être au côté de nos amis juifs et de nos amis arabes, c’est justement politique. C’est reconnaître les cultures et les sensibilités, mais affirmer que la citoyenneté est ce qui les unies.

La parole du peuple français dans le monde doit être une voix juste pour la paix, au côté des plus faibles, et pas un navigation d’intérêts à l’anglo-saxonne. Nous ne devons pas penser au pétrole ou à plaire aux puissants, mais à incarner, comme nous savons le faire parfois, une âme, une voix respectée parce que juste et non suspecte.

Nous sommes une civilisation politique et notre devoir est de faire entendre qu’il n’y a pas de bons, ni de méchants, mais que les intérêts de chacun se retrouvent dans des solutions politiques équitables. C’est parfois utopique, mais c’est toujours moins utopique que de regretter après coup d’avoir été du côté des violents, ou de les avoir laissé faire les violences « parce qu’on ne savait pas ».

David Langlois-Mallet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s