Municipales. Impact d’irresponsabilité et alternatives responsables

Ainsi bien peu de choses auront été épargnées à notre génération… Mais commençons par les bonnes nouvelles.

Le printemps politique de Grenoble

Bonne nouvelle, à gauche, la voie est ouverte là où la responsabilité collective triomphe des calculs égoistes. A Grenoble, l’Ecologie alternative arrive en tete. C’est le cas dans de nombreuses villes qui ont réalisé cet accord (Dieppe 45%, Lannion, Poitiers, Rennes…) Qu’est-ce que cela veut dire ? Que l’on sort à gauche de la déprime politique par la coopération. Quand des groupes d’individus mettent de coté leurs différence au profit d’un résultat commun et non quand ils s’écrasent comme partout par intéret egoiste derrière un PS féodal. A méditer.

534766_10151406054781775_2127196946_n

Sinon le fond de l’air en France est plutot frais…

Nous avions déjà la mise en sursis de notre environnement, le boulet de la dette au pied, la pression du chomage ou de la précarité, un système de protection social, tissé dans la Résistance, leg de la dernière génération responsable aujourd’hui laissé au hasard.

La fraternité à gauche n’est plus meme un souvenir, c’est juste un logo investit de pouvoirs magiques… Pour combien de temps ? Nous trainons une politique féodale usée jusqu’à la corde. Papa PS, sans idées, sans imaginaire ne veut pas lacher la télécommande… Bloquée dans la nostalgie d’une France des années 60. Elle nous entraine vers le gouffre. On connait son somnifère : technocratie, opacité, calculs politiciens, manque de sens de l’intéret général, pouvoir aux vieux males dominants, blancs, bourgeois, normalisation culturelle, interdiction de toute nature, phobie sécuritaire, autosatisfaction, pouvoir de parade etc…

Les conséquences sont une dépression collective, un pays sans joie, sans espoir, qui s’enfonce dans l’hiver. Dans un hiver d’autant plus profond que n’y rodent plus que les fantomes d’une société de consommation qui a uniformisé et atomisé les vies et les imaginaires, et qui dans les centres commerciaux ne tiendra pas ses promesses, mais réclamera ses crédits à des vies privées d’ame.

Y'en a marre

Entre chiens et loups, les fantomes ressurgissent. Il y a le désespoir et son chaos identitaire. Se réfugier près des barbus ou aller se plaindre à la famille Le Pen, c’est selon. Le malheur des replis autoritaires, c’est que l’on sait comment on entre chercher de la chaleur, on ne sait pas comment on en sort…

Sortir du Mitterrandisme

Le Mitterrandisme c’est quoi ? C’est installer la gauche au pouvoir au prix d’un renoncement à son action. C’est une violence psychique à tous ceux qui investissent des idéaux en politique. Ces ces élus qui jouent des places au premiers tour avec le PS et partent dans des campagnes vide de sens. C’est se résigner à voter socialiste au 2eme tour et recevoir e; Celle qui prend tous les pouvoir pour dire ensuite qu’elle ne peut rien faire et surtout nous empecher de faire en sacrifiant les alternatives de terrain. C’est celle pour qui la politique se résume à obtenir des bonnes notes de Bruxelles et des satisfecit du MEDEF. C’est le vote à gauche et en retour la punition d’une politique de droite. Celle qui chasse les Roms et les intermittents, celle qui au final fait monter partout le FN pour casser la droite républicaine. Odieuse et dangereuse manière de faire la politique du pire !

Des alternatives ou des alternances ? Les deux mon Général !

La droite n’en a pas fini avec son linge sale. Elle barbote encore dans la piscine de Takiedine et la Rolex attitude de ses Ténardiers d’hier. Mais à y regarder de plus près, elle est plus proche d’une sortie du tunnel que la gauche gestionnaire. Il y a une droite sociale et humaniste, plus Modem qu’UMP, plus gaulliste que libérale qui n’a pas les mains sales et en profite pour faire le ménage dans son camp. Juppé à Bordeaux, Bayrou à Pau, ou NKM à Paris qui a nettoyé les écuries d’Augias d’un coup en sont les porteurs.

La gauche gestionnaire, elle va payer très cher dans les années qui viennent son manque de courage et de responsabilité. La faillite de ce système politique se mesure au taux de particules fines dans l’air (Mais pour quel monde élevons-nous nos enfants ?). A des élus qui, comme le président de la Région IDF nous dit qu’en 12 ans, ils n’ont pas eu le temps de s’organiser… Pour l’achat de bus non toxiques. Nous ne saurions trop conseiller aux écologistes de tirer les leçons des compromissions autant que du succès des alternatives.

En sortir ? Par où ?

La droite humaniste s’en sortira par le sens de la responsabilité. La confiance à des personnalités hors cadre, dévouées à l’intéret général. C’est le grand retour du gaullisme social qui s’annonce. La leçon est qu’à droite, on sort de la déprime par la responsabilité individuelle.

Demain, le salut des humanistes passera de mon point de vue par la capacité à combiner deux cultures de l’agir responsable. Celle de l’initiative, de la confiance à celle (ou celui) en situation de faire l’alternance. Et celle de l’action collective respectueuse des différences. Les alternatives locales et les nouvelles héroines devront apprendre à coopérer dans le sens du bien commun.

Repérez ces germes près de chez-vous (ou en vous), il y a urgence !

David Langlois-Mallet @ Mesparisiennes.wordpress.fr

S.O.S. mon petit médias indé a vraiment besoin de votre aide pour faire vivre sa petite musique… C’est pas une blague !
https://www.leetchi.com/c/cagnotte-de-langlois-mallet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s