Paris. Tellement envie de « respirer un autre air »

Bon, bonne niouze, il semble que je me suis dégoté un boulot pour après les élections (;-)  Si vous saviez comme j’ai hâte de finir cette séquence de vie de militantisme d’alerte sur Paris et la Culture… ça m’aura coûté mes boulots, mes apparts et par ricochets de belles amoures. Et collé une tonne de problèmes sur le dos. J’en ai raz la casquette. J’y aurais même perdu le goût de prendre le temps de sortir dans les spectacles et autres événements que je défends… C’est dire !

J’aurais réussi, ou non à faire bouger ce putain de truc de politique culturelle municipale à la … (mais pourquoi diable et comment me suis-je mis ça dans la tête il y a quelques années ?) Si j’avais su qu’il s’agissait, pour une question aussi évidente d’intérêt général, de tenir un siège, je me serais au moins organisé pour tenir dans des conditions acceptables (sacs de riz et réserve d’eau potable).

Franchement, je vous déconseille pour votre santé de prendre une profession où l’on vous confie les problèmes collectif si vous avez comme moi tendance à prendre les choses à coeur. On est pris entre des citoyens qui ont leur vie privée comme les autruches ont leur sable et qui se font plumer un à un et des politiques qui pour garder leur confort disent « Osons » pour « ne rien faire ».

Ce besoin de respirer ricoche de mes bronches parisiennes à ces affaires de pollution.

C’est frappant, le nuage rose de l’impuissance qui t’empêche de respirer : « on a pas eu le temps de s’organiser… » (pour acheter des bus propres) explique sans rigoler le président de la région depuis 12 ans ou plus… Pour les conflits, les calculs, la stratégie bidon pour rester en place, monter à celle du copain… ils le trouvent.

Ils n’ont pas le temps… surtout peur de vexer les autruches qui ne veulent pas lâcher leur style de vie quand vous et vos proches perdez 6 mois de vie. Imaginez tout de même que c’est pareil pour le nucléaire. Des gens nous le disent, c’est obsolète, attention, ça peut craquer ici ou là. En cas de pic dans ce domaine, c’est pas 6 mois de pris, c’est six mois de reste à vivre…

Je ne saurais trop conseiller aux copains Verts de sortir du 4×4 diesel du pouvoir maintenant. Tant qu’il en est tant. Le double jeu à des limites et si ça pète vraiment les gens sortirons avec des haches fous contre des gens qui ont promis, occupé le pouvoir tout en disant ne rien pouvoir…

Mais bon, vous voyez les choses comme vous voulez.

Moi, je vais d’ici début avril la rendre un bilan un peu propre de cette aventure de médiation de territoire et aussi me faire un peu plaisir… (;-) Désir de vivre autre chose…

David Langlois-Mallet
c Mesparisiennes.wordpress.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s