Appel : Agora d’urgence Lavoir Moderne Parisien ! – Mardi 11 février 19h

Appel au Peuple Créatif et aux Indiennes de Paname*

Mardi 11 février 19h – Agora d’urgence Lavoir Moderne Parisien !
Paris populaire et municipales : l’expulsion finale ?

Savoir faisons par la présente à…

toutes et tous parigots, oeuvrières, les titis, les gisquettes et les oeuvriers, sans-culottes et princesses du peuple des deux côtés du Périph, gueux-magnifiques et intello-précaires, Incroyables et merveilleuses, romantiques sensuelles et libertins sensibles, bretons et ruskof du Montparno, maudits-artistes et intermittentes-durables, Chats noirs et Bœufs sur le Toit, Gavroches de la Goutte d’Or et gisquettes de Belleville, refusnik de la pub et drilles joyeux, rebeux des boites et rebelles des bois, lecteurs de la Princesse de Clèves et lectrices de Rabelais, Pommes de Pin et théâtreux de Fortune, troubadours humanistes et teufeurs éveillés, créatifs au RSA, artisans de leur propre vie et chercheurs sur la paille, street-artistes et titis des Faubourgs et menu peuple pensant des chambres de bonne, artistes de leur quotidien et aux amoureux

ainsi qu’à toi et ta petite sœur !

Que le Lavoir Moderne Parisien est sans doute le dernière barricade culturelle du dernier quartier populaire de Paris. C’est l’un des rares lieux ou s’épanouissait une parole indépendance dans une culture parisienne domestiquée par le marché ou les subventions. L’un des rares point culurel ou d’exigence populaire

Sa disparition dans la poche d’une société off-shore est prévue pour la semaine prochaine, voulue par la mairie de Paris de longue date, résonne comme le dernier coup des années Delanoë au Paris vivant. Après tant d’autres et une normalisation de la vie parisienne, c’est aussi la fin d’une vieille résistance de la ville, après les démolitions des années Pompidou, Chirac à la poussée versaillaise de l’argent.

Au moment ou les municipales sont l’occasion d’une série de débats convenus ou le politique vient chercher un peu de vernis culturel auprès des artistes (quand ce n’est pas la publication de liste de soutien des bénéficiaires à genoux) contre des propos lénifiants.

Nous nous indignons de la véritable maltraitance de territoire que le politique fait subir à l’expression culturelle dans la bonne ville de Paris : PV aux chanteurs et musiciens des rues, chasse au street-artistes, expulsion des squats, écrasement des caf-conc’ et d’une manière général mise au pas de tous les lieux d’expression culturels de proximité. Mais pourquoi le Prince a t’il si peur des baladins ? Pourquoi un Paris pantoufles ou les touristes baillent d’ennui tandis que tout le monde crève de solitude derrière ses écrans ?

La culture vivante est une question de démocratie et de survie. Sans échange d’idées et de signes avec les oeuvres, notre esprit ne peut s’inclure à un monde qui bouge. Sans liens joyeux en bas de chez-nous notre âme se fane. L’art vivant n’est pas une question décorative, ce n’est pas une simple distinction de parvenus un soir de Nuits Blanche, ce n’est pas une machine à spéculer, c’est notre poumon politique.

La culture de proximité nous parle de convivialité plutôt que de sécurité répressive. Elle nous parle d’un bonheur d’être ensemble sans les conditions de la consommation. Elle nous parle de notre diversité au lieu de nous enfermer dans des identités. Elle nous parle de l’art et de la manière d’aimer dans un temps d’individualisme. Elle nous parle du monde quand les médias appartiennent aux marchands d’armes. Elle nous propose de nous exprimer quand la culture officielle et commerciale nous invite à consommer du vide ou du souvenir.

Que si Paris est de tout temps un  « four ou cuit le pain intellectuel du monde », c’est d’abord grâce à la liberté de son peuple aux provenances si diverses et au véritable laboratoire de créativité politique offert par l’expression, même la plus modeste, de sa rue et de ses lieux. Sans lesquels les plus grands artistes, penseurs ou politiques, journaleux ou autres n’auraient rien à dire, ni à raffiner.

Pour toutes ces raisons et beaucoup d’autres, il faudra avoir été de ce dernier combat, historique, du Paris vivant. Dans la perspective de ce beau moment j’invite toutes celles et tous ceux qui ont eu de la sympathie ou participé à toutes les initiatives que j’ai animé ces dernières années : Peuple Créatif, Indiens de Paname (lire aussi https://mesparisiennes.wordpress.com/2014/02/10/appel-des-indien-nes-de-paname/), Au Peuple plutôt qu’à la Marine et compagnie… A venir participer à l’Agora d’urgence du 11 février 2014. A 19h au Lavoir Moderne Parisien, Rue Léon, 75018 Paris.

Evènement Facebook  https://www.facebook.com/events/813650331983541/

Amitiés militantes, sororelles (et fraternelles) parigodes de toutes les villages du Grand Paname du monde,

© David Langlois-Mallet http://www.mesparisiennes.wordpress.com 2014

https://mesparisiennes.wordpress.com/2014/01/13/soutien-a-lauteur/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s