Chanson – Thomas Pitiot, griot du 9.3

Pitiot

St Denis, Bamako, Paris… Thomas Pitiot invente une chanson française du monde.

Oh vous les heureux coquins qui ce soir écouterez Delerme… Tirez sur le parisianiste, sortez du formatage pub, de la culture IKEA ! Et tendez plutôt l’oreille à Thomas Pitiot, ce qui est arrivé de plus audacieux à la chanson française depuis Trénet. Pas que ce chien fou égale déjà les maîtres fous chantants. Mais parce que son beau talent tente la synthèse la plus hardie et la plus politique entre une chanson populaire de bonne souche et les musiques du monde. Paroles ancrée dans une France sociale sur des refrains riche d’ailleurs… Un style captivant qui déconcerte les puristes de la chanson française, comme les amateurs de groove. Une vigueur nouvelle, puisée dans un quotidien exotique, nous raconte t-il dans des spectacles où il se joue avec beaucoup de finesse de nos préjugés : « J’ai grandi loin d’ici… derrière le Périph, dans un pays qui s’appelle le 93… ». Ce 9.3. fantasmé, que TF1 nous montre peuplé de flics et de Caillera, Pitiot nous chante qu’il reste d’abord un quotidien oublié. Celui des bonheurs poétiques des jours de la « maicresse d’école » croulant sous les avalanches de bisous édentés en contraste avec « les langues de pierre, cœurs de vipères, qu’on jamais rien donné, qu’on jamais rien offert diront du mal des fonctionnaires »… Celui des colères de Raja l’équipière en grève de Mc Do, qui « rêve d’un bonheur sur place ou à emporter », de Momo le SDF-intello des squares, qui touche le RMI (Rente au Métier d’Intellectuel), cite Baudelaire et insulte, incompris « les statues toutes nues, (qui) c’est bien connu, ne parlent que le grec ancien ».

Chroniques de la misère d’en-bas au temps de Raffarin, où les ouvriers ont le blues, même si sous le bleu la peau est noire, mais aussi chronique de richesse. « Parce qu’en donnant des cours d’alphabétisation, des gens m’ont donné de découvrir un Mali et un Sénégal qui n’est pas celui des expos d’art. Je me dis qu’il faut renvoyer l’ascenseur, ne pas profiter de toute cette richesse tout seul » dit-il. Thomas a le bon coeur de ne pas nous chanter sa culture, mais de chanter depuis sa culture, tous ceux qui tombent sous son regard gourmand. Encore une différence avec les petits malins qui citent France Inter et Télérama dans leurs chansons qui ne troublent rien, Thomas nous parle d’une humanité qui n’est pas à la fête. Il puise ainsi à une source infiniment plus riche que cette jeune scène qui se contente d’épier, complice, les frémissements de son nombril. Une chanson politique aussi parce qu’elle renouvelle les représentations. Ainsi sa prostituée, n’est pas une image folklorique reproduite de Brassens, mais la « petite craquette » des boulevards extérieurs. Pitiot nous donne à partager, différement, son intimité « ta grand-mère t’avais nommé ma violette, les mecs s’en moquent à la porte de la Villette ».

On dira que Pitiot le jeune (son père Gérard en est un autre) n’est pas encore assez exigeant avec tous ses talents ? Le public et la critique seraient bien inspirés de l’être au moins autant.

David Langlois-Mallet

www.thomaspitiot.net

CD La terre à Toto, T’inquiète production

Article paru dans Politis, 2005

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s