Langlois-Mallet, Bojko, Cassandre

Langlois-Mallet, Bojko, Cassandre

La France d’en-bas vous salue bien !

Jean Bojko a des yeux pleins de malice, mais c’est à bras le cœur qu’il étreint son époque dans ce vaste champ humain qu’est la Nièvre, brassant, emblavant, fourgonnant de la grise, des idées, du sens, de l’autre, en vidant des petits rouges. Précaires, artistes, villageois, rurbains, personnes âgées, élus, entrent dans sa danse. En particulier ceux que les autres jettent et dont il relève l’estime et le talent : la Rmiste que les stages de formation bidon ne forment qu’au désespoir, le quinquagénaire au chômedu à qui tout dit : « Rase les murs, tu es la France qui perd », les habitants des champs que la sous-culture hertzienne cyanose à l’idée qu’ils ne sont que des ploucs plouquant de plouquerie… Avec eux, il monte des rêves, fait venir les meilleurs maîtres dans les arts libéraux et propose à tous une éducation digne du Courtisan de Balthazar Castiglione.

(cliquer sur le lien pour lire la suite)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s